Un battement de cil

Par audedebondy - 10 avril 2011 - 15:32 [English] [PDF] 

Le cinéaste suisse Jacob Berger signait vendredi la chronique libre du “19:30 le journal” à la Télévision Suisse Romande:  ”Cette semaine, 150 hommes, femmes et enfants … se sont noyés sous les yeux des gardes-côtes italiens …”  Dans son tweet, du dimanche 10 avril 2011, Samuel Dixneuf,  journaliste et professeur, signale la vidéo mise en ligne par la TSR; de son compte, @Heraclite,  il  dissémine l’information en attribuant les hashtags suivants: #immigration #Europe #Lampedusa.

L’image de  l’île italienne de Lampedusa  flotte entre  les deux rives de la Méditerranée. Du marketing touristique au marketing politique, les discours médiatiques  s’égrènent accompagnés par le regard triste et muet des migrants de la côte sud ou de plus loin.

Battement de paupière, réfugié sur l'île de Lampedusa

Regard de cinéastes, J. Berger, "19:30 le journal" ve 8.4.2011, site web TSR, capture d'écran 0:43

“1/3 de seconde par mort”, “le temps précisément d’un battement de paupière”, ce raccourci utilisé par  Jacob Berger semble rendre  clair l’apathie du Parlement européen qui consacre, mercredi 6 avril,  une seule minute de silence à ce drame. Et, Jacob Berger dans un raccourci historique poignant, utilise efficacement le thème de la frontière. Il nous rappelle par  des images d’archives les  nombreux drames  du XXème siècle européen déjà documentés par les journaux télévisés.  Jacob Berger compare au moyen du montage ces drames à la tragédie actuelle  qui se déroule en Méditerranée.

Regard d'un migrant sur le parlement européen en filigrane

Regard de cinéastes, J. Berger, "19:30 le journal" ve 8.4.2011, site web TSR, capture d'écran 0:45

Le propos n’a rien d’académique ni de froidement documentaire. Je crois que c’est  le commentaire le plus souvent neutre,  parfois  poétique ou ironique,  qui me permet de regarder cette chronique sans haut le coeur et m’incite à écrire ce post.

Les commentaires sont fermés