Séance du 5 novembre 2009

Par Paul Muller - 07/11/2009 - 10:48 [English] [PDF] 

Compte rendu de la séance du 5 novembre 2009. Présents : Fatima, Gaby, André, Philippe, Remy Deslyper, Thomas, Paul Muller, Nicolas Auray (Excusés : Claire, Dominique, Marc).

Présentation de Nicolas Auray : Sociologue à l’ENST, il est venu au titre d’un projet ANR récemment débuté associant Orange Lab, l’ENST, F. Benhamou, le CRG (PJ Benghozi).
André Gunthert, “Le cas Poppyrose”
Sa présentation se base sur une synthèse du dernier ouvrage de PM Menger (le travail créateur : s’accomplir dans l’incertain, paru en 2009 au Seuil) présenté lors du précédent séminaire. Il est proposé une extension des principales hypothèses avancées dans le livre (ie. le travail artistique est modelé par l’incertitude) dans le cas d’une activité en ligne. La Proposition de Menger est inscrite empiriquement dans les industries culturelles et artistiques et s’inscrit dans une sociologie des carrières à sous-bassements économiques.
À partir du principe d’incertitude, Menger développe une autre hypothèse : « lorsque l’évaluation d’une performance en termes absolus est impossible, l’évaluation prend la forme de tournois successifs fondés sur les comparaisons ». De ce fait, l’incertitude rend nécessaire un mode d’évaluation par comparaisons successives. En se posant la question de savoir quels types d’activités créatrices en général ne sont pas modelées par l’incertitude ? l’hypothèse de l’évaluation comparative est supposée nécessaire dans l’exercice de toute activité selon Menger.

L’application à Internet de ces hypothèses peut sembler pertinente car Internet permet d’obtenir une évaluation (au travers d’une comptabilisation) très précise du succès notamment au travers notamment d’un recours très important aux compteurs de fréquentation. Ceci permet-il de conclure qu’Internet soit pour autant un lieu du « tout tournoi » ? Cette hypothèse pose plusieurs problèmes, le plus important étant de savoir ce que compte le compteur ? Il existe en effet de nombreux problèmes de bruit dans la construction de l’évaluation : il s’agit d’une mesure de fréquentation et non d’audience bien que les 2 mesures sont fréquemment assimilées. Ceci induit une profonde incertitude de la validité des mesures.

Il est donc proposé une réflexion sur l’idée suivante. Le hit parade à la base des tournois est le symptôme de l’installation d’une culture du benchmarking plutôt qu’une des bases de l’évaluation, ce qui a pour conséquence que l’incertitude est le produit de la technologie autorisant une diffusion de masse et basée sur des impératifs économiques. En effet, les compteurs proposent uniquement une évaluation quantitative or il est fréquemment oublié la différence entre l’évaluation quantitative (définissant l’espace du marché) et l’évaluation qualitative (ie le critique).
Le cas du blog Poppyrose pose la question de savoir si les pratiques d’internet peuvent être décryptées par le biais des tournois successifs car Poppyrose rencontre un succès important (en figurant en tête du classement général de Wikio en juin 2009) tout en n’acceptant pas les principes sous-tendant les tournois. En effet, Poppyrose a déclaré dans un post du 5 juin 2009 ne pas vouloir faire partie des classements du web, signifiant donc son refus de participer aux tournois successifs.

Plus globalement, le cas de Poppyrose est symptomatique de nombreux sites Internet rejetant les classements, qui ne semblent s’adresser qu’aux geeks. Pourtant, Poppyrose montre une activité créative et des initiatives visant à générer des interactions avec son site (par exemple en proposant des événements comme le « Happy Sunday Evening »). En fait, Poppyrose poursuit une logique où la recherche d’interactions (induisant une dimension qualitative importante) est considérée comme plus importante que la mesure de fréquentation. Une telle logique est, naturellement, incompatible avec la logique quantitativiste sous-tendant la construction des compteurs.

L’étude du cas de Poppyrose pose la question de l’extension de ce cas à d’autres sites comme Flickr : existe-t-il des mesures alternatives à la fréquentation ? En effet, il peut être considéré que la qualité des interactions peut être plus recherchée que la quantité. Plus généralement, ceci pose les problèmes de la définition, de la mise en place des normes, de leur usage et de leur influence sur les comportements et Poppyrose, en refusant les normes existantes, déplace la concurrence vers d’autres domaines. Contrairement aux blogs de geeks, qui rechercheraient plus le succès par l’audience, Poppyrose montre un autre comportement cherchant le développement d’interactions sociales.

Fatima Aziz, “Les types d’usagers”
Cette présentation propose une analyse du phénomène de formation de la célébrité sur le web à partir de de l’étude de cas trouvés sur les sites Youtube et Flickr. Les mesures usuelles de comptage ne permettent pas de rendre compte des phénomènes de formation de la célébrité. Par exemple, le compteur « interestingness » de Flickr est d’un intérêt de plus en plus faible car il ne veut plus rien dire. En étant tributaire des effets de réseau, il semble réservé aux premiers entrants et il devient quasiment impossible pour un nouvel entrant d’être comptabilisé.
Cas du clip de Lasse Gjertsen sur Youtube.
Au départ, le clip « Hyperactive » est un travail effectué dans le cadre ses études d’art. Il n’avait pas l’intention de diffuser son clip mais d’utiliser Youtube pour accéder à son clip à partir d’Internet. Ce clip a été repéré par un autre utilisateur qui l’a signalé à d’autres, pour finir par être élu parmi les clips les plus créatifs sur youtube et à donner lieu à des reprises célèbres (par exemple par la chaîne de télévision Cartoon Networks).
Ce cas met en avant une incompréhension entre les médias de masse et internet :
o Les clips sur youtube peuvent induire un caractère ludique important et traduire une recherche d’interactions sociales
o Les médias de masse opèrent une récupération de la dynamique de buzz (au sens qu’André lui attribuait en 2006) générée sur internet
Cas de Hughes Leglise Bataille sur Flickr
Il a utilisé Flickr au départ pour apprendre la photo (par l’usage des xif) et pour créer du réseau en postant des photos de vacances. Certaines de ses photos (notamment « Montmartre Sinking ») ayant rencontré un succès important (en faisant l’objet de nombreuses reprises, mis dans des favoris, etc…), il est passé à la photo de rue et d’actualité (crise du CPE notamment), traduisant donc une volonté de maîtriser la pratique photo vers des sujets « difficiles » et de changer de statut allant d’une pratique de dilettante vers une pratique amateur voire professionnelle. Ce changement de statut a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de la profession en raison de son parcours atypique.
Ceci pose la question du renouvellement des conventions artistiques. Elles peuvent émerger suivant plusieurs facteurs : par l’action des critiques, suivant des contraintes techniques, commerciales, etc… Avec Internet, les gens mettent en ligne des contenus qui seront diffusés et reproduits rapidement. Ceci produit un déplacement : en passant d’une primauté des critères de qualité artistique vers la rapidité de diffusion. De plus, la vie d’un contenu ne s’arrête donc pas à sa création et à sa diffusion mais peut être ensuite remixé, amendé, etc…

Adresser une réponse