Nouvelles de la Kula (le vernissage)

Vendredi 21 février 2014
par Thomas Golsenne
Nouvelles de la Kula (le vernissage)

Une exposition avec :

Pauline Curnier-Jardin, João Maria Gusmão et Pedro Paiva,

Louise Hervé et Chloé Maillet, Thierry Liégeois, Len Lye, Pia Maria

Martin, Mika Rottenberg et Jon Kessler, Thomas Teurlai, Rémi Voche

Sur une proposition de Thomas Golsenne

vernissage vendredi 21 février à 18h30 avec une performance de Rémi Voche

Exposition jusqu’au 26 avril

Nouvelles de la Kula est un voyage à travers les formes artistiques contemporaines de l’animisme. Attribuer une intériorité humaine aux animaux, aux végétaux, aux pierres et aux lacs, et s’en distinguer par les apparences, par la parure, c’est la formule ethnologique de l’animisme, telle qu’on l’observe en Amazonie ou en Océanie, mais aussi dans l’Europe pré-moderne. Avec la modernité, l’animisme n’a pas disparu, mais il a changé de forme et de fonction : il manifeste une résistance face à la modernité et il prend la forme mécanique de l’image animée ou de la machine célibataire – quand ce n’est pas, à travers la performance, une citation presque directe des rituels animistes. Cette résistance n’a jamais été plus forte qu’aujourd’hui, car bon nombre d’artistes contemporains interrogent les origines du cinéma, les esprits invisibles ou les rites chamaniques – signe sans doute que la modernité elle-même est en crise et que se fait sentir le besoin de réenchanter le monde.  Nouvelles de la Kula offre une sélection de films, de vidéos, d’installations et de performances produits par des artistes trentenaires dont les travaux traduisent l’acuité de leur regard sur cette situation et la pertinence de leurs réponses.
Centre d’Arts Plastiques  Espace Léon Blum – Rue de la Rochette – BP 100 – 69195 Saint-Fons cedex – tél +33(0)472 09 20 27

centre.arts.plastiques@saint-fons.fr

www.adele-lyon.com

www.saint-fons.fr

ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h

Essais de bricologie : un appel à contributions

Dimanche 27 octobre 2013
par Thomas Golsenne
Essais de bricologie : un appel à contributions

TECHNIQUES & CULTURE
Appel à contributions pour le théma :
Essais de Bricologie
La revue Techniques & culture lance un premier appel à contributions pour un numéro intitulé « Essais de bricologie. Ethnologie de l’art et du design contemporain » porté par deux coordonnateurs, un historien de l’art, Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice) et une historienne du design, Patricia Ribault (ESAD, Reims). Ce numéro thématique vise à explorer les relations entre l’anthropologie et la création contemporaine. Il s’attachera en particulier aux savoir-faire des uns et des autres sous la forme d’un quasi-manifeste de « bricologie ».
Ce numéro est largement ouvert aux disciplines des sciences sociales et donnera lieu à une rencontre scientifique préparatoire avant l’édition à proprement parler. Sont également prévues, une exposition à la Villa Arson et des rencontres scientifiques et publiques avec des artistes et scientifiques à la Villa Noailles, la Villa Arson et l’Ehess de Marseille. (more)

Ma vie avec Liberace (critique dans le genre cinéphile)

Mercredi 16 octobre 2013
par Thomas Golsenne
Ma vie avec Liberace (critique dans le genre cinéphile)

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra) de Steven Soderbergh est un film sur le cinéma (je vous avais prévenu que c’était dans le genre cinéphile(1)). L’idée m’est venue au moment clé du film, quand Liberace (Michael Douglas) et son toy boy Scott (Matt Damon) regardent, à la télé, une interview enregistrée du premier. Se voyant à l’écran, Liberace, dont le visage s’effondre, s’exclame : « C’est affreux : on dirait mon père ! » S’en suit la décision de se soumettre à une radicale opération de chirurgie esthétique faciale, pour lui et pour son protégé, et la dégradation ultérieure de leurs relations.
(more)

  1. D’accord, un mauvais cinéphile qui aurait lu trop rapidement Serge Daney. Je rajoute que je dois quelques idées de ce billet à une discussion sur un tout autre sujet avec Patrice Blouin, qui lui est un vrai cinéphile sérieux.[]

Le tatouage, une pratique à faire rentrer dans les études visuelles

Jeudi 10 octobre 2013
par Thomas Golsenne
Le tatouage, une pratique à faire rentrer dans les études visuelles

Le corps aussi est un grand acteur utopique, quand il s’agit des masques, du maquillage et du tatouage. Se masquer, se maquiller, se tatouer, ce n’est pas exactement, comme on pourrait se l’imaginer, acquérir un autre corps, simplement un peu plus beau, mieux décoré, plus facilement reconnaissable; se tatouer, se maquiller, se masquer, c’est sans doute tout autre chose, c’est faire entrer le corps en communication avec des pouvoirs secrets et des forces invisibles. Le masque, le signe tatoué, le fard déposent sur le corps tout un langage : tout un langage énigmatique, tout un langage chiffré, secret, sacré, qui appelle sur ce même corps la violence du dieu, la puissance sourde du sacré ou la vivacité du désir. Le masque, le tatouage, le fard placent le corps dans un autre espace, ils le font entrer dans un lieu qui n’a pas de lieu directement dans le monde, ils font de ce corps un fragment d’espace imaginaire qui va communiquer avec l’univers des divinités ou avec l’univers d’autrui. On sera saisi par les dieux ou on sera saisi par la personne qu’on vient de séduire. En tout cas, le masque, le tatouage, le fard sont des opérations par lesquelles le corps est arraché à son espace propre et projeté dans un autre espace. (more)

Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Mardi 17 septembre 2013
par Thomas Golsenne
Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Dans son dernier livre, Enquête sur les modes d’existence, Bruno Latour formule ce qu’on peut appeler une sorte de théorie de l’art, bien qu’il ne la désigne pas ainsi – et à juste titre. Mais avant d’y venir il faut la mettre dans son contexte. L’enjeu premier de cet ouvrage est de dessiner une « anthropologie des modernes », en mettant en scène une ethnologue qui étudierait tour à tour les pratiques des scientifiques dans leurs laboratoires, les inventions des techniciens et les recherches des artistes dans leurs ateliers, les formulations des juristes dans leurs cabinets ou les rituels des religieux dans leurs églises. L’ethnologue latourienne montre ainsi que décidemment, les modernes ne font pas ce qu’ils disent, démentent en pratique ce qu’ils affirment en théorie. Mais son enjeu second consiste à fournir des outils théoriques, à élaborer une méthode, à établir des repères pour dépasser la simple critique du discours des modernes et analyser leurs pratiques sans utiliser leurs concepts et leurs méthodes. (more)

Les modes de temporalité dans la peinture d’histoire de la Renaissance au romantisme

Dimanche 16 juin 2013
par Thomas Golsenne
Les modes de temporalité dans la peinture d’histoire de la Renaissance au romantisme

Préambule
Ce texte est une correction du sujet d’agrégation externe d’arts plastiques pour l’épreuve d’histoire de l’art. Il ne se présente cependant pas comme une dissertation et ne prétend pas non plus à un statut officiel. Par ailleurs, il reprend beaucoup d’idées et d’exemples tirés d’ouvrages ou d’auteurs de référence, sans prétendre à beaucoup de nouveauté. Il peut cependant être utile aux candidats admissibles ou pas, et à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet. (more)

Du mode technique d’existence des objets artistiques

Dimanche 21 avril 2013
par Thomas Golsenne
Du mode technique d’existence des objets artistiques

Ceci est le texte remanié d’une conférence donnée au Musée du quai Branly le 28 mars 2013 dans le séminaire « Culture matérielle » organisé par Ludovic Coupaye et Jean-Paul Demoule. Que l’assistance soit remerciée pour son écoute attentive et ses commentaires fructueux.

Je voudrais présenter ici un projet de recherche qui commence à se mettre en place à la Villa Arson, l’école d’art où j’enseigne, intitulé pour l’instant Essais de bricologie. Il comprend deux volets principaux : une exposition et un numéro de Techniques & Culture qui sera consacré aux techniques dans l’art contemporain et le design. J’aimerais expliquer pourquoi cette envie de travailler sur les objets artistiques du point de vue des techniques, et surtout pourquoi ce recours à l’anthropologie des techniques. Je précise que je n’aborderai pas ici les questions posées par le design, parce que ce n’est pas mon domaine de compétence. Je me concentrerai sur les arts plastiques contemporains et leur rapport aux techniques, ce qui est déjà un assez gros problème. (more)

François Hollande et le bricolage

Mercredi 3 avril 2013
par Thomas Golsenne

Une fois n’est pas coutume, je me permets ici une note d’humeur politique en un moment où on a l’impression que la gauche socialiste va s’effondrer, laissant fluer dans la digue ouverte des élections prochaines les le pen, les copé et les sarkozy qui profitent des malheurs actuels de François Hollande.
Un mot revient en boucle en ce moment pour dire à quel point le président de la République est incapable de donner des réponses fortes et des solutions efficaces à la France en crise: le bricolage. “Est-ce que l’on se rend compte des défis à surmonter, de la gravité de la situation de la France ?” se demande Marine Le Pen, à la suite de l’intervention télévisée de Hollande le 28 avril. “On ne peut pas apporter de petites réponses sorties d’une petite boîte à outils de bricolage. C’était du bricolage”. Là dessus, tous les critiques de droite (politiciens et journalistes) sont partis sur le sobriquet “Monsieur bricolage”, à grands coups de tweets moqueurs et d’éditoriaux sévères. Encore aujourd’hui, Noël Mamère, un peu à la traine, relance le leitmotiv “c’est du bricolage politique”, cette fois à propos de la réaction de Hollande à la suite des aveux de Cahuzac.
Ce qui m’énerve ici, ce n’est pas qu’on juge injustement le travail remarquable de Hollande (je ne le pense pas) ; ni qu’on répète comme des moutons un bon mot (c’est le propre des bons mots). Ce qui m’énerve, c’est qu’on dégrade la notion de bricolage en l’associant à l’action actuelle du président de la République. (more)