De l’ornemental dans l’art contemporain

 - 16 mai 2012 - 18:19 [English] [PDF] 

De l’ornemental dans l’art contemporain

A l’occasion de la parution du catalogue de l’exposition Ever Living Ornement, Images Re-vues organise une demi-journée d’étude consacrée à l’ornemental dans l’art contemporain.

Les avant-gardes modernistes avaient détruit toutes les anciennes limites qui définissaient le champ de l’art, mais en avaient bâti une nouvelle : l’ornement. Nul ne pouvait revendiquer le titre d’artiste moderne si son art était jugé ornemental. Il est logique que la remise en cause du modernisme, dans les années 60, soit allée de pair avec une valorisation nouvelle de l’ornement. Et ceci, pratiquement d’abord, avec par exemple l’emploi génial par Warhol d’un support méprisé par les artistes : le papier peint. Théoriquement ensuite, avec une relecture des origines de l’art moderne depuis les arts décoratifs (et non contre eux), avec l’essai de Joseph Maschek, Le Paradigme du tapis, traduit tout récemment par Jacques Soulillou. Depuis, de nombreux artistes font des papiers peints, affirment sans complexe l’ornementalité de leur production, de nombreux théoriciens et historiens de l’art trouvent dans l’ornemental leur inspiration épistémologique. L’exposition Ever Living Ornement en est aujourd’hui une des manifestations les plus évidentes.

Programme

INHA, salle Walter Benjamin

9h : accueil des participants

9h30 : Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice), Les dangers du papier peint

10h30 : Jeanne Quéheillard (Ecole des beaux-arts de Bordeaux), Présentation de l’exposition Ever Living Ornement

11h30 : Jacques Soulillou (Ministère des affaires étrangères), Greenberg au tapis. De Gottfried Semper à Présence Panchounette

INHA, salle Aby Warburg

12h30 : buffet

Place de la Concorde, devant le Crillon

14h : rendez-vous de la navette pour la visite de l’exposition Ever Living Ornement aux centres d’art Micro Onde à Vélizy et La Maréchalerie à Versailles

Avec le concours du CEHTA (Centre d’Histoire et Théorie des Arts) et de l’EHESS.

Adresser une réponse