Joss Whedon, l’homme qui murmurait à l’oreille des fans

Le réalisateur Joss Whedon sur le plateau des Avengers

Inutile de s’attarder sur le succès commercial planétaire des Avengers, qui a récolté près de 750 millions de dollars jusqu’ici1. Il ne sera pas étonnant que les recettes dépassent le milliard, comme les plus gros blockbusters en ont pris l’habitude ces dernières années.

Pour le grand public, l’une des surprises du film est le talent de son réalisateur qui lui était sans doute inconnu. Peu de personnes connaissent vraiment Joss Whedon, sauf s’ils ont croisé un jour les séries Buffy contre les vampires ou Firefly. Whedon s’est avant tout fait un nom à la télévision, bien qu’il avait déjà un pied dans le cinéma en participant à l’écriture des scénarios du premier Toy Story, de Titan A.E. ou du quatrième volet de la saga Alien.

Les Avengers n’est bien sûr pas son premier coup d’essai à la mise en scène. Whedon a réalisé en 2005 le long métrage Serenity qui adaptait la série télévisée Firefly. Moi-même, ignorant complètement l’existence de cette série, j’ai découvert Joss Whedon en découvrant ce film au cinéma, dans une petite salle du côté de la Place d’Italie. Ce long métrage de science-fiction de qualité bénéficie d’une écriture solide avec des personnages déjà bien caractérisés et sachant économiser là où il faut pour compenser un budget restreint. Mais l’histoire du film même est encore plus intéressante.

Image de prévisualisation YouTube

En effet, la série Firefly a été arrêtée en pleine diffusion de sa première saison, faute d’audiences satisfaisantes. Whedon ne voulait pas laisser tomber son projet et imagina toutes les éventualités possibles pour le relancer. Il lança un appel aux fans de la série pour la faire survivre à son abandon. Nombreux se sont rassemblés sur la toile, que Whedon a affectueusement baptisé les “browncoats”, et de nombreux sites ont émergés rapidement. Cette effervescence sans précédent permit à Firefly d’être éditée en DVD, se vendant très vite à plus de 200 000 exemplaires2. A partir de là, porté par les acteurs et les fans, Joss Whedon a pu fournir une sorte de conclusion à l’histoire de Firefly avec le long métrage Serenity (le nom du vaisseau principal de la série) en 2005.

Il y a plusieurs façon de se créer une communauté de fidèles. Malgré son humilité maladive, Joss Whedon a su être capable de fédérer un très grand nombre de fans inconditionnels. Car avant même de parler de public acquit ou de matraquage promotionnel, Whedon est lui-même un fan. Lors de plusieurs entretiens, il avoue ressentir un véritable amour aux projets qu’il porte et tient un vrai respect envers tous ceux qui ont tant donné pour faire revivre Firefly. Le créateur a également toujours entretenu avec eux un dialogue permanent et The Avengers n’a pas changer sa façon d’être. Loin de là…

Peu de temps après le premier weekend d’exploitation du film de super-héros aux États-Unis, Joss Whedon a tenu à remercier personnellement les fans qui l’ont soutenu toutes ces années en leur adressant une lettre postée sur le site Whedonesque.com, suivie d’une série de questions/réponses. Touchant pour la première fois à la reconnaissance que le spectacle hollywoodien peut apporter, le réalisateur fait preuve d’une étonnante modestie en rappelant son parcours chaotique. Établissant un nouveau record de recettes le premier weekend sur le sol américain3, certains annoncent déjà The Avengers comme le plus gros succès de l’année. Mais Whedon rappelle dans ses premières réponses que ce sont les réalisateurs Sam Raimi (la trilogie Spider-man) et Christopher Nolan (la trilogie Batman) qui ont “inventés le film de super-héros”4.

Image de prévisualisation YouTube

Aussi en salles mais dans un tout autre genre, La Cabane dans les bois qu’il a co-produit-écrit avec Drew Goddard emprunte un chemin très favorable sur la route du succès. En espérant que son humilité fasse école chez les futurs grands du cinéma, Joss Whedon est devenu grâce aux Avengers l’un des metteurs en scène les plus courtisés par Hollywood et c’est bien évidement en fan inébranlable du créateur de Firefly que j’ai rédigé cet article (en croisant maintenant les doigts pour que la version initiale de 3H des Avengers sorte prochainement en Blu-ray5 ).

  1. http://boxofficemojo.com/movies/?id=avengers11.htm []
  2. “When Fox canceled ‘Firefly,’ it ignited an Internet fan base whose burning desire for more led to ‘Serenity’” par Neva Chonin – SFGate []
  3. The Avengers a récolté plus de 200 millions de dollars lors de son premier weekend. Le précédent record était détenu par le deuxième volet de Harry Potter et le Reliques de la mort avec 169,2 millions de dollars. []
  4. “Nolan and Raimi INVENTED the true superhero flick, yo. (Special mention to Jon Favreau and James Gunn.) Happy to be in the mix.” []
  5. “Director Joss Whedon Says THE AVENGERS Blu-ray/DVD Will Have 30 Minutes of Deleted Scenes; Reveals First Cut was 3 Hours” par Steve ‘Frosty’ Weintraub – Collider.com []

Une Réponse à “ Joss Whedon, l’homme qui murmurait à l’oreille des fans ”

  1. Whedon a aussi prouvé qu’on pouvait écrire et produire très rapidement, sans la grosse machine des networks et Hollywood, en auto-produisant l’excellente web-serie “Dr Horrible’s Sing-Along blog”, avec Nathan Fillion (qui jouait Mal dans Firefly) et Neil Patrick Harris…

Adresser une réponse