Naissance du divin robot

Par Alain François - 13 décembre 2011 - 23:33 [English] [PDF] 

[note de lecture]

C’est sans doute la période… mais j’avais envie de faire un petit cadeau à mes camarades cinéphiles, qui avec un sens du sacrifice admirable ne ratent aucun épisode des méca-machins moitiés rouillés qui se transforment à volonté… Non, pas ces Barbapapas remis il y a quelque temps au goût des bébés du jour, mais ces drôles de jouet-robots qui se transformaient en avion et camion au milieu des années 80 et qui vivent maintenant des aventures très bruyantes sur très grands écrans : les Transformers !

Le sujet, c’est donc des jouets japonais qui sont devenus des héros américains. Comme Godzilla quoi… et les sushis…

Et donc, jouant l’idiot, je me pose cette question : Puisque les Japonais semblent considérer que leur  imaginaire fin de siècle sort d’Osamu Tezuka, est-ce que les Transformers aussi ?

On sait bien que les robots géants avec cabine de pilotage, simple engin de chantier en plus fun, qu’il soit de Gō Nagai (“Mazinger” alias “Goldorak” pour nous) ou d’Hideaki Anno (Evangelion)  sortent tous de chez Tesuka…. (Vous ne le saviez pas ?), mais les Transformers sont à l’origine un pur concept de jouet Japonais de la marque Diaclone (1980), qui devint secondairement un dessin animé américain, avant d’envahir les chambres d’enfant et les écrans TV du monde entier.

Aujourd’hui, donc, ils sont de retour pour plier de la tôle au cinéma, et pas du tout accessoirement vendre des jouets, encore…

Alors, comme j’ai décidé qu’à partir de 2012 j’allais vous abreuver d’Osamu Tezuka jusqu’à l’écœurement, est-ce que les Transformers ont [aussi] été inventés par Tezuka, et non une marque de jouet ?

Toujours dans mon rôle d’idiot (de Noël), je me dis que puisque tout est dans tout et réciproquement, alors tout est dans Tezuka ! CQFD !

Bien avant les années 80, Tezuka, grand lecteur d’Azimov, avait créé l’attachant « Astro le petit robot » (Atom 1952), version métallique et survitaminée de Pinochio, et inventé pour lui un monde futuriste ou cohabite plus ou moins pacifiquement humain et robot. On lit parfois que cette bande dessinée a tant influencé les petits Japonais de l’après-guerre qu’elle est à l’origine de la passion du Japon pour la cybernétique. En gros, un exemple unique d’un dessinateur de BD qui aurait fait basculer le destin industriel et économique d’un pays. C’est surement exagéré… mais peut-être pas tant, vu l’importance des mangas de Tezuka dans la remoralisation d’un pays qui sortaient du traumatisme de la bombe. Astro est une forme d’apprivoisement de la puissance atomique, et le monde de Tezuka de cette période proposait une vision positive, enfantine et légère du monde qui s’annonçait. Il y aurait beaucoup à en dire, plus tard…

En attendant, dans l’épisode de “l’île en croix” publiée en 1959, Astro nous explique tout l’intérêt d’un robot polymorphe. Hé oui, Tezuka n’est pas que le père du Manga moderne, il a aussi été lu par des futurs ingénieurs et designers…

Attention, sens de lecture japonais !

Une Réponse à “ Naissance du divin robot ”

  1. Merci, un peut de Tezuka ça fait du bien aux yeux, si j’ ai bien compris on pourrait considérer Azimov et Tezuka comme les deux “pères” de la robotique dans leurs pays respectifs, avec chacun une influence qui perdure aujourd’hui, avec toujours aujourd’hui une méfiance pour le robot anthropomorphe en occident(dans “les robots” finalement on apprends à se méfier de ces étranges machines qui trouvent toujours un moyen de contourner les lois de la robotique !) et un rapport bien plus décomplexé au Japon (grâce à Astro, ancêtre des robots mignons à la Azimo)!