Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation

Près de quarante ans après sa sortie, le film de Liliana Cavani Portier de nuit (Il Portiere di notte, 1974) demeure dérangeant et toujours controversé:

En 1957, à Vienne, Max (Dirk Bogarde) est portier de nuit dans un palace. Il croise un soir Lucia (Charlotte Rampling) descendue à l’hôtel avec son mari, chef d’orchestre américain en tournée. Ils se reconnaissent immédiatement et leur passé commun resurgit. Ancien officier SS dans un camp de concentration, Max a entretenu une relation sadomasochiste avec Lucia, une jeune déportée. Ils sont à nouveau attirés l’un par l’autre et reprennent cette relation. Mais dans cet hôtel, d’anciens SS essaient de faire oublier leur passé nazi en éliminant les témoins gênants. Max et Lucia, devenus des menaces, s’enferment alors dans leurs jeux sexuels sadomasochistes et deviennent traqués par les anciens amis de Max.

Une scène illustre cet amalgame entre érotisme, sadisme et nazisme. Lors d’un flash-back, Lucia interprète une chanson de Marlene Dietrich, coiffée d’une casquette SS, vêtue d’un pantalon à brettelles, seins nus, devant un parterre d’officiers nazis. Comme en récompense, Max lui remet ensuite en cadeau la tête d’un prisonnier qui avait précédemment importuné Lucia (séquence ici).


Le film a rencontré un grand succès à sa sortie, mais il a été éreinté par les critiques de l’époque, à l’exception notable de Jean-Louis Bory (cf. le Nouvel Observateur, 8 avril 1974).

Le film est ressorti récemment et les avis modernes semblent plus partagés. Plusieurs d’entre eux sont positifs. Mais lorsque les critiques récentes sont “réservées” ou franchement négatives, un nouvel argument apparaît:

« [...]la fameuse scène fétichiste où la jeune Charlotte danse seins nus et chante du Marlene Dietrich, couverte d’une casquette et d’un pantalon bretelles devant un parterre d’officiers lubriques, a semble-t-il inspiré une déferlante de porno-nazi fortement douteux. » (Cyrille Falisse, Le passeur critique, 1/10/2012)

« Portier de nuit a inauguré toute une vague répugnante de nazisploitation, de porno-nazi, notamment Ilsa, la louve des SS, film érotique sadomaso et fétichiste de très mauvais goût entre les prisonniers et les officiers d’un camp de concentration. » (Jean-Nicolas Berniche, Grand Écart, 12/11/2011)

« Aux États-Unis, il est interdit aux moins de 18 ans, ce qui lui vaudra une flopée de mauvais remakes en forme de porno nazi souvent répugnants, du type Ilsa, la louve des SS. » Antoine de Baecque, L’Histoire, 27/09/2012)

« L’idée justement de montrer cela sous la forme d’une force sexuelle (qui aboutira involontairement d’ailleurs à l’avènement des nazisploitation), d’une dépendance tragique, est sans doute ce qu’il y a de plus impressionnant dans le film. » (Nathanaël Bouton-Drouard, Frenetic Arts)

« Si Portier de nuit a été classé X aux États-Unis, et s’il a fortement contribué à la vague du “porno nazi” qui sévit dans les années 1970, ce n’est pas sans raison. » (Anne-Violaine Houcke, Critikat, 2/10/2012, par ailleurs l’une des meilleures critiques du film)

Ainsi donc, Portier de Nuit est désormais entaché d’une nouvelle infamie; il inaugurerait toute une série de films détestables, qualifiés de “pornos nazi”, et qui relèvent de la “nazisploitation“, c’est-à-dire, selon Wikipedia, de ce « type de film d’exploitation et de sexploitation incluant des nazis commettant des actes criminels de nature sexuelle souvent dans des camps de concentration ».

Mais est-ce bien vrai ? Le film de Liliana Cavani est-il un point de départ ? Portier de nuit est-il si singulier dans sa représentation des relations entre les bourreaux nazis et leurs victimes qu’il aurait, à lui seul ou presque, inspiré une vague de succédanés nauséabonds ?

Avertissement

Les films et les dessins décrits dans cet article représentent des nazis sadiques qui torturent, violent, avilissent et assassinent des femmes dénudées dans des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale. Pour un spectateur moderne, représenter de tels actes dans un but de divertissement est évidemment politiquement incorrect et peut être jugé inacceptable. Ces films et dessins étaient pourtant très populaires il y a seulement quelques décennies, et pour cette raison ils méritent d’être analysés avec attention. C’est à un tel recensement méthodique et à une description typologique de ces productions que cet article est consacré. Dénuée pratiquement de tout jugement de valeur envers les œuvres examinées, cette investigation pourrait heurter certains lecteurs.

Nazisploitation, nazi sexploitation, sadiconazista

Un film d’exploitation est habituellement caractérisé par son budget très réduit et la faiblesse de sa qualité artistique. Son objectif unique est d’être commercialement exploitable au moindre coût. Il repose parfois sur des aspects caricaturaux de certaines cultures (blackploitation, mexploitation), de soit-disant sujets de société (nunsploitation, women in prison films) mais plus généralement sur la violence, le sexe, l’horreur (sexploitation, gore, slasher). La promotion du film et les affiches mettent l’accent sur les caractères les plus racoleurs. Presque tous les sujets choquants peuvent ainsi être exploités (cannibal films). Le genre nazisploitation est typique du cinéma d’exploitation dont il est souvent considéré comme le représentant le plus scandaleux, le plus malsain, celui qui ne peut guère être appréhendé au second degré. Sur un site tel que Nanarland, pourtant prompt à développer des analyses plaisantes et presque affectueuses envers les productions du “cinéma bis”, le genre est abordé avec précaution à propos d’un seul film.

À la fin des années 1990, les cultural studies ont commencé à s’intéresser aux films considérés comme relevant de la nazisploitation. Le livre de Marcus Stiglegger Sadiconazista paru en 1999 est considéré comme un ouvrage séminal sur ces études culturelles [Stiglegger] (les références entre crochets sont précisées en fin d’article). En 2003 paraît Kamp Kulture: A History of Nazi Exploitation [Whitechapel], malheureusement épuisé, puis en 2010 et 2012 deux ouvrages collectifs: Monsters in the Mirror: Representations of Nazism in Post-War Popular Culture [Buttsworth et al.] et Nazisploitation!: The Nazi Image in Low-Brow Cinema and Culture [Bridges et al.]. En langue française, signalons aussi l’article de Philippe Mesnard Des affinités cinématographiques entre sexe et nazisme parue en 2009 [Mesnard, disponible en ligne]. Toutes ces études témoignent de la vitalité de ce champ de recherche et permettent désormais d’aborder ce sujet de manière sereine.

Plusieurs auteurs ont proposé des critères divers afin de classifier les films de nazisploitation (voir par exemple [Mesnard]). Sans entrer dans le détail de ces propositions, ces études distinguent habituellement deux (voire trois) genres distincts qui ne doivent pas être confondus:

  • nazisploitation: films d’exploitation mettant en scène des nazis et une imagerie nazie. Les films de nazisploitation ne sont pas nécessairement axés sur les scènes sexuelles.
  • nazi sexploitation: films de sexploitation mettant en scène des nazis et leurs victimes. C’est un sous-genre du précédent. Les représentations sexuelles et sadiques y sont nombreuses. Les films dont il s’agit sont parfois qualifiés de porno nazi, porno SS, gestaporn, swastikaporno, etc. Ces expressions ne sont pas employées dans les études académiques. Elles sont trompeuses car la plupart de ces films ne sont pas pornographiques au sens moderne habituel, hardcore, du terme. Et surtout, elles suggèrent une condamnation du genre et n’aident pas à qualifier et comprendre le phénomène.
  • sadiconazista: films de nazi sexploitation produits en Italie et en italien dans les années 1970-1980.

Les premiers films de nazi sexploitation

Présenter les films de nazi sexploitation pose un problème méthodologique que Philippe Mesnard discute brièvement dans son article déjà mentionné [Mesnard]. Doit-on les classer selon leur degré de représentations sexuelles (érotiques/pornographiques), leur degré de violence, selon leur circuit de distribution, distinguer ceux dont les actions sont situées dans des camps, traiter à part les films plus ambitieux comme Portier de Nuit et renvoyer les autres productions à une sorte de sous-cinéma ? Notre objectif ici est de comprendre et expliquer l’origine de ce type de films, aussi notre présentation sera essentiellement chronologique en développant plus particulièrement notre analyse sur les premières productions attestées.

Le précurseur du genre n’est pas cinématographique mais littéraire. Le livre The House of Dolls (Ka-Tzetnik, 1955) est en effet considéré comme le premier a décrire les “Joy Divisions“, ces soi-disant unités composées de femmes juives chargées de satisfaire les besoins sexuels des gardiens SS dans les camps1.

Dans les années 1960, c’est-à-dire avant les films d’exploitation proprement dit, le cinéma “mainstream” habituel a parfois représenté des relations sexuelles ambiguës ou de furtives scènes de nudité dans des camps nazis. C’est le cas en particulier de Kapò de Gillo Pontecorvo (1961)2, de Lebensborn (Les Fiancées d’Hitler, 1961) du réalisateur allemand Werner Klingler3 et du film de Sydnet Lumet The Pawnbroker (Le Prêteur sur gages, 1964), premier film américain à évoquer une relation sexuelle entre des prisonnières d’un camp de concentration et un gardien SS.

Les affiches qui accompagnent ces films jouent déjà sur la violence et l’érotisme pour attirer le spectateur.

Kapò (1961) - Les Fiancées d'Hitler (Lebensborn, 1961)

Hors du contexte des camps, on mentionnera aussi Le Vice et la Vertu (Roger Vadim, 1963) qui raconte l’histoire de deux sœurs que tout oppose sur fond de bordel SS, et La Nuit des généraux (The Night of the Generals, Anatole Litvak, 1967) qui décrit un général allemand au comportement maniaque et sadique assassin de prostituées.

En développant une imagerie néo-décadente autour du nazisme et de la sexualité, Les Damnés (La caduta degli dei, Luchino Visconti, 1969) et Cabaret (Bob Fosse, 1972) ont également influencé l’émergence des films de nazi sexploitation. Ils ont également favorisé le développement d’une esthétique nazi chic dont l’objectif est plus de heurter que de revendiquer une sympathie envers le nazisme. C’est d’ailleurs là une caractéristique essentielle que l’on retrouve dans les films en question.

Love Camp 7 (Lee Frost, 1969) est habituellement considéré comme le premier film de nazi sexploitation. Son scénario improbable – deux espionnes britanniques s’introduisent dans un camp afin d’aider certaines captives à s’échapper – est prétexte à montrer des traitements d’humiliation, des viols et tortures, et de nombreuses nudités féminines. Ce film américain peut être considéré comme un Women in Prison (WiP) film, autre genre d’exploitation à connotations sadiques et sexuelles, transposé aux camps nazis. On remarquera par ailleurs que le cinéma “mainstream” avait abordé depuis longtemps déjà les camps de femmes durant la Seconde Guerre mondiale (cf. par exemple Two Thousand Women réalisé en 1944 par Frank Launder).

Les films suivants, The Cut-Throats (John Hayes, 1969), Torture Me, Kiss Me (David R. Friedberg, 1970), Slave Girls of the SS (Ric Lutze, 1970) sont également américains mais ne se déroulent pas dans des camps.

Ces premiers films d’un genre encore balbutiant sont choquants (ils sont faits pour cela), mais demeurent dans le registre de la pornographie softcore, les scènes sexuelles sont simulées. Avec l’ouverture de la censure, le premier film hardcore sort en 1973: Hitler’s Harlots (Hy Del). C’est également un film américain.

En 1973 toujours, le suisse Erwin C. Dietrich réalise Eine Armee Gretchen. Ce film présente plusieurs particularités. Tout d’abord, c’est une adaptation d’une nouvelle en trois parties publiée en Allemagne peu après la guerre (1947). Il s’agit plutôt en réalité d’un drame comportant des scènes érotiques mais aucune scène de sadisme. Le film est le premier et l’unique du genre en langue allemande, et c’est la promotion du film dans les autres langues qui le transformera en produit d’exploitation. Il sera en effet diffusé comme beaucoup de ses successeurs sous de multiples titres correspondant à différents marchés (Fraüleins in Uniform, Fraüleins Without a Uniform, She-Devils of the SS, etc.) et avec des affiches tapageuses sans véritable rapport avec le contenu du film. Son exemple aura une influence importante sur l’émergence des “standards” de promotion de la nazi sexploitation (affiches, extraits, multiplicité des titres, usage de pseudonymes pour les acteurs et réalisateurs, etc.)4.

En 1974, le cinéaste canadien Don Edmonds réalise Ilsa, She Wolf of the SS (Ilsa la louve des SS)5. Ce film a été produit par un américain, David F. Friedmann, spécialiste des films d’horreur de série B, qui avait joué un petit rôle dans Love Camp 7. Il est considéré comme le premier film gore du genre:

Ilsa est la commandante SS du camp médical n°9. Elle assouvit ses besoins sexuels considérables avec des prisonniers qu’elle émascule et assassine ensuite. Par ailleurs, elle conduit des expériences sadiques sur des jeunes femmes afin de monter qu’elles sont plus résistantes que les hommes à la torture. Elle mutile parfois ces femmes ou les livre aux soldats SS pour être violées.

On considère généralement que le personnage et son nom s’inspirent d’Ilse Koch, la femme du commandant SS du camp de Buchenwald, accusée après la guerre de crimes sadiques sur des déportés. Il est en fait probable que ce nom se soit imposé dès 1969 dans ce type de film puisque l’une des femmes tortionnaires dans Torture Me, Kiss Me (1970) se prénomme déjà Ilsa. Quoiqu’il en soit, le film Ilsa est devenu la référence du genre nazi sexploitation.

Love Camp 7 (1969) - Fraüleins in Uniform (Eine Armee Gretchen, 1973) - Ilsa, She Wolf of the SS (1974)

Dans ce film, Ilsa est finalement tuée d’un coup de revolver. La plupart des histoires de ce type se terminent d’ailleurs ainsi par la mort brutale des tortionnaires, introduisant par là une sorte de moralité à bon compte. Pourtant, le succès commercial de ce premier Ilsa a conduit les mêmes producteurs et réalisateurs à tourner une suite en 1976: Ilsa, Harem Keeper of the Oil Sheiks (Ilsa, gardienne du harem). La même actrice, Dyanne Thorne, est cette cette fois-ci gardienne d’un harem mais toujours sous le nom d’Ilsa. Se succéderont ensuite Ilsa, the Tigress of Siberia (Ilsa, la tigresse du goulag, Jean LaFleur, 1976) puis Greta – Haus ohne Männer (Ilsa, Ultime Perversion, Jesús Franco, 1977).

On note au passage que la seconde image ci-dessus (Fraüleins in Uniform) introduit un personnage d’amazone guerrière, de combattante dans une tenue non réglementaire, que nous retrouverons à de multiples reprises dans la suite de cet article.

Cette présentation permet déjà de proposer une première piste d’analyse. On remarque en effet que ces premiers films sont tous américains à l’exception notable de Eine Armee Gretchen (suisse). Il est donc abusif d’affirmer, comme parfois on peut le lire, que le genre est essentiellement italien. Si la production italienne sadiconazista qui se développe à partir de 1974 est sans conteste la plus importante en nombre, on doit bien plutôt recherche l’origine de la nazi sexploitation du côté de la culture populaire américaine des années 1960. D’autre part, la facilité avec laquelle les cinéastes adaptent les recettes qui marchent commercialement à d’autres contextes narratifs laisse entrevoir que la mobilisation d’une imagerie nazie constitue en fait un prétexte. Il s’agit pour ce cinéma d’exploitation d’utiliser le contexte nazi comme un ingrédient universellement reconnu, une scénographie destinée à accentuer encore le choc des images sadiques et érotiques proposées. Mais ce contexte bien particulier, cette scénographie “maléfique” peut être aisément remplacée par une autre comme les différentes suites d’Ilsa le montrent.

Les films italiens (sadiconazista)

À partir de 1974, la très grande majorité des films de nazi sexploitation sont réalisés en Italie. Dans cette production (ou tout à côté selon certains points de vue plus “discriminants”), trois films se distinguent par leurs ambitions artistiques, leurs qualités de réalisation, la notoriété de leurs auteurs et acteurs internationaux: Portier de nuit déjà évoqué, Salò ou les 120 Journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975) – qui ne représente pas des nazis mais est situé dans la république fasciste de Salò – et Salon Kitty (Tinto Brass 1976, avec Helmut Berger et Ingrid Thulin). Ces films sont souvent reconnus différents, rattachés à l’art et à la culture plutôt que l’infamante sexploitation, mais ils s’inscrivent pourtant clairement dans ce courant nommé sadiconazista en Italie.

L’apogée de ce cinéma se situe en 1976-1977. Jusqu’au début des années 1980, les titres se suivent et se ressemblent (comme nous l’avons vu précédemment, les titres sont souvent multiples). La liste est fastidieuse et ne présente qu’un intérêt limité pour notre propos, mais on peut mentionner parmi ceux qui ont rencontré un certain succès commercial, Lager SSadis Kastrat Kommandantur (SS Experiment Love Camp, SS Camp 5, Sergio Garrone, 1976), La Bestia in Calore (The Beast in Heat, SS Hell Camp, Luigi Batzella, 1977), L’ultima orgia del III Reich (La ultima orgia de la Gestapo, Last Orgy of the Third Reich, Des filles pour le bourreau, Bourreaux SS, Cesare Canevari, 1977), Casa privata perle SS (SS Girls, Bruno Mattei, 1977), La svastika nel ventre (Nazi Love Camp 27, Mario Caiano, 1977).

Les films sadiconazista peuvent être considérés comme une adaptation aux camps nazis du genre giallo de la même époque dont les productions sont caractérisées par un scénario minimal et une suite de scènes d’horreur parfois extrême. Les hybridations avec d’autres genres de films d’exploitation trash, basés sur le scandale ou la répugnance, ne sont pas rares (scène de cannibalisme dans L’ultima orgia del III Reich par exemple).

SS Camp 5 (Lager SSadis Kastrat Kommandantur, 1976) - La ultima orgia de la Gestapo (1977)

Autres films

À la même époque, les réalisateurs français de films pornographiques ont également produits quelques titres. On peut citer ainsi Bordel SS (José Bénazéraf, 1976), Elsa Fräulein SS (Patrice Rhomm, 1977), Train Special pour SS (Alain Payet, 1977), Nathalie rescapée de l’enfer (Nathalie Escape from Hell, Campo de perversion, Alain Payet aka James Gartner, 1978).

Elsa Fräulein SS (1977) - Campo de perversion (Nathalie rescapée de l'enfer, 1978)

On dénombre aussi quelques films américains, dont l’un des derniers de cette époque, Stalag 69 (1982), est une production hardcore relativement célèbre dans le genre en raison du nom de son réalisateur Selrahc Detrevrep (Perverted Charles à l’envers) et de son actrice Angelique Pettyjohn alors connue pour avoir joué dans Star Trek.

Au début des années 1980 en effet, les films de nazi sexploitation disparaissent. Hormis quelques titres comme Ilsa, ils n’ont d’ailleurs jamais rencontré un grand succès commercial. Les producteurs et réalisateurs ont préféré investir dans le cinéma pornographique alors en plein essor.

Le genre a connu aussi une brève réactivation en 2006 avec les films de la société de production hongroise Mood Pictures, spécialisée dans le BDSM, puis en 2008 avec le film américain Blitzkrieg: Escape from Stalag 69 (Keith J. Crocker)6. Mentionnons enfin en 2007 le trailer de la série Grindhouse Werewolf Women of the SS (Rob Zombie, avec Nicolas Cage).

Influence sur le cinéma grand public

Les films de nazi sexploitation ont-ils influencé la représentation des nazis dans le cinéma de fiction grand public ? Est-il possible de déceler cette influence jusque dans les films qui prétendent raconter des événements réels ? Ces questions difficiles dépassent largement le cadre de cet article consacré à la recherche de l’origine du genre, mais il est intéressant de proposer ici quelques indications sur ce sujet important.

Durant les années 1970, quelques films italiens ont aussi associé nazisme et érotisme, mais sans connotation sadique. C’est le cas du film semi-burlesque Pasqualino (Lina Wertmüller, 1975).

On peut mentionner plus récemment Black Book (Paul Verhoeven, 2006), mais surtout Inglourious Basterds (Quentin Tarantino, 2009) qui emprunte de nombreux codes aux films d’exploitation comme le sadisme des Basterds envers les nazis7.

Selon Alicia Kozma8, le personnage d’Elsa dans Indiana Jones and the Last Crusade (Steven Spielberg, 1989) est une version présentable, un transfert vers le cinéma grand public de la redoutable Ilsa. La similarité entre les personnages est construite à partir de son nom, de sa qualité de docteure, de son rôle de femme fatale et bien sûr par le fait qu’elle travaille pour les nazis et meurt à la fin de l’épisode.

Le scène de la douche dans La Liste de Schindler (Steven Spielberg, 1993) a été abondamment commentée, et l’on a rappelé à ce sujet que la douche collective est un stéréotype des Women in Prison films que l’on rencontre aussi dans plusieurs films de nazi sexploitation (Eine Armee Gretchen par exemple). Mais dans ce même film, c’est le personnage d’Amon Göth, commandant du camp de Plaszów et ami de Schindler, qui retient particulièrement l’attention. Ses relations avec la jeune juive Helen Hirsch, son habitude de tirer au fusil à lunette torse nu pour tuer un prisonnier alors que sa femme nue est encore au lit, tous ses comportements en bref composent un amalgame de sadisme et d’érotisme qui peuvent se découvrir autrement quand on connaît l’importance de la culture populaire pour le réalisateur.

Les autres films de nazisploitation

Les films de nazisploitation qui ne sont pas spécifiquement orientés vers les représentations sexuelles reposent sur un ensemble de thèmes facilement identifiables et parfois combinés entre eux. Comme pour le paragraphe précédent, la description de ces différentes trames narratives sera ici seulement esquissée:

  • les nazis survivants, organisés en phalanges ou groupes qui continuent le combat pour la domination du monde. Ils sont toujours soigneusement cachés, en Amazonie, au centre de la Terre, dans l’espace, sur la face cachée de la Lune, etc.
  • la continuation des “expériences médicales” criminelles inaugurées par les nazis. La figure de Mengele est omniprésente dans ce type de thème. Le sujet est présent au cinéma dès les années 1950, cf. She Demons (Richard E. Cunha, 1958).
  • en lien avec le sujet qui précède, les histoires de savants fous nazis, cf. They Saved Hitler’s Brain (David Bradley, 1969)
  • également en relation, les histoires de clonages se développent à partir des années 1960. The Lucifer Complex (Kenneth Hartford, David L. Hewitt, 1978) est l’un des films les plus connus sur ce sujet, mais l’idée du clonage au service des nazis existe dans les comics depuis le personnage de Hate-Monger en 19619.
  • les relations entre le nazisme et l’occultisme (liste de films ici) ou le mysticisme.
  • l’hybridation avec d’autres courants d’exploitation. L’un des plus curieux est sans doute le croisement avec le cinéma de blaxploitation dans The Black Gestapo (Lee Frost, 1975)
  • popularisés par les jeux vidéos, les nazis zombies connaissent un renouveau au cinéma avec des films comme Outpost (Steve Barker, 2008) et Dead Snow (Tommy Wirkola, 2009). Mais le genre est bien plus ancien puisqu’il remonte à la Seconde Guerre mondiale avec Revenge of the Zombies (Steve Sekely, 1943). Le plus connu est certainement Shock Waves, (Ken Wiederhorn, 1977) avec Peter Cushing et John Carradine qui jouait déjà dans Revenge of the Zombies10.

Bien entendu, la distinction effectuée entre le sous-genre nazi sexploitation et les autres films d’exploitation nazi n’est pas toujours très claire. Les représentations sexuelles ou sadiques sont souvent également présentes dans les productions construites sur l’un des sujets évoqués dans cette liste, cf. par exemple le film Angel of Death (Commando Mengele, Andrea Bianchi, 1987).

Ces différents thèmes de nazisploitation sont manifestement présents au cinéma avant 1969, date du premier film érotique teinté de sadisme situé dans un camp nazi. Certains comme les nazis zombies sont même reconnaissables dès les années 1940 et d’autres se développent dans l’immédiat après-guerre. Un sujet aussi fort que l’association sexe-sadisme-nazisme ne peut donc être apparu comme par enchantement à la fin des années 1960. La censure n’a pas permis que cet amalgame sulfureux s’exprime au cinéma avant cette époque. Mais les représentations de nazis sadiques sont très présentes dans d’autres médias de culture populaire: les comics et surtout les pulps jusqu’au milieu des années 1970. Ces images sont bien connues et leur existence est occasionnellement évoquée dans les ouvrages académiques que nous avons mentionnés. Mais ces brefs rappels ne sont pas détaillés et concernent uniquement les magazines d’aventure destinés aux hommes. L’enquête visuelle proposée ci-dessous couvre un champ beaucoup plus large et donne des précisions que nous estimons importantes sur ces images singulières. Elle prend en compte des productions graphiques variées, et nous la présentons sous forme chronologique inverse, c’est-à-dire en “remontant” le temps depuis les années 1970, début de la nazi sexploitation au cinéma, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Les fumetti italiens et petits formats français (années 1970)

Créé en 1970 à partir de la société Erregi, Ediperiodici est un éditeur italien de bandes dessinées (fumetti) spécialisé dans le domaine érotique. Dans les années 1970, il se fait connaître avec des titres comme Isabella, Lucifera, Maghella, tandis que son concurrent Edifumetto publie Zora la Vampira, Jacula, Zokia, etc. Ces publications ont été adaptées en France par Elvifrance et sont connues sous le nom de petits formats (PF pour les collectionneurs).

En octobre 1970, le dessinateur Nevio Zeccara crée le personnage de Hessa dont les aventures seront publiées sur 47 numéros jusqu’en août 1972. Le titre sera également adapté en Espagne et en Finlande, mais apparemment pas en France.

« Hessa est la fille d’un père nazi, sadique et incestueux, et d’une mère nymphomane et droguée. Prise dans la tourmente de la chute de l’empire hitlérien, elle vivra des aventures d’une rare violence. » (Les origines des fumetti neri et des fumetti per adulti sur le site de Daniel Poncet).

Hessa #1, 1970 - Hessa #2, 1970 - Hessa #9 (édition espagnole), circa 1970

Hessa est une agente nazie qui traverse l’Allemagne et l’Europe occupée. C’est aussi une combattante impitoyable et souvent sadique. Elle est couramment représentée armée, en action opérationnelle bien que fort peu vêtue (autre figuration de l’amazone déjà rencontrée à propos des films). Elle affronte aussi des zombies, des gorilles, des dinosaures, des japonais qu’elle trucide allègrement (elle n’a pas très bien compris la politique de l’Axe).

À la même époque, un autre fumetto, Goldrake Playboy, s’essaie aussi aux couvertures érotiques nazies, parfois avec une incursion vers le sadisme.

Goldrake Playboy #41, circa 1970 - Goldrake Playboy #51, circa 1970 - Goldrake Playboy #64, circa 1970

Ces opuscules publiés durant la période où les premiers films de nazi sexploitation américains font leur apparition semblent préparer le public à la vague sadiconazista qui débute en Italie peu après, à partir de 1974.

Les Men’s adventure magazines (1950-1975)

Les Men’s adventure magazines sont des publications périodiques destinées aux hommes et publiées aux États-Unis, du début des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970. Ces magazines sont considérés comme les derniers des pulps. Leurs titres comportent très souvent les mots Man ou Men: Action for Men, All Man, For Men Only, Man’s Action, Man’s Life, etc.

Les sujets traités par ces publications sont toujours les mêmes: histoires de femmes pirates, aventures exotiques, conflits avec des tribus autochtones, luttes avec des animaux sauvages, actes de guerre héroïques et récits de bataille. Ces histoires étaient décrites comme véridiques (!).

Le développement de cette presse a été très progressive: 5 titres en 1950, 8 en 1951, 11 en 1952 [Heller et al. p. 48]. Ils étaient particulièrement populaires durant la fin des années cinquante qui marque leur apogée. On comptait alors plus de cent titres. Le lectorat était très populaire et plutôt conservateur. Beaucoup de soldats ou d’anciens soldats lisaient ces magazines [Heller et al. p. 301]. En décembre 1953, Hugh Hefner lance Playboy dont le lectorat était différent et plutôt progressiste. La montée en puissance de Playboy puis d’autres titres similaires devait avoir raison des Men’s adventure magazines qui disparurent tous vers 1975. Quelques-uns comme Swank ont été racheté et se sont transformés en magazines pornographiques.

Les Men’s adventure magazines étaient très illustrés. Les couvertures en particulier étaient réalisées par des artistes qui sont désormais renommés: Norman Saunders, Bruce Minney, Earl Norem, Mort Künstler, etc. Leurs peintures originales et certains numéros de ces magazines sont actuellement très recherchés par les collectionneurs. La photo était en effet assez peu utilisée et les couvertures étaient presque toujours des gouaches. Les éditeurs souhaitaient que ces images soient percutantes, qu’elles illustrent de façon spectaculaire une situation périlleuse, une lutte acharnée, bref une action virile qu’il n’aurait pas été possible de représenter avec la photographie. Mais surtout, cela permettait de mettre en scène des jeunes femmes dénudées, car le nu en peinture bénéficiait d’une tolérance plus grande qu’en photo en raison de la tradition de la peinture et de la sculpture classique [Heller et al. p. 53].

Communistes sadiques

La guerre de Corée (1950-1953) puis la guerre du Vietnam (1964-1975) marquent l’époque des Men’s adventure magazines. Des scènes de batailles exaltant le courage des soldats étaient souvent représentées. L’ennemi y était évidemment caricaturé.

Mais surtout, la “menace rouge” et le “péril jaune” ont inspiré aux illustrateurs une profusion de couvertures où de sadiques asiatiques, Coréens ou Chinois, tourmentent des jeunes femmes terrorisées.

Big Adventure, June 1961 – Man's Exploits, February 1963 – Man to Man, July 1964

Les Vietnamiens apparaissent après l’engagement des États-Unis dans la guerre.

Man's Story, May 1966 – Men Today, September 1967 – Real Men, January 1973

Les soviétiques sont bien sûr présents.

Man's Story, March 1961 – Men Today, February 1962 – Man to Man, February 1963

Ainsi que les Cubains.

Men Today, April 1961 – Escape to Adventure, March 1964 – Mans Story, June 1964

Nazis sadiques

Cependant, les nazis sont de loin les sadiques les plus nombreux sur les couvertures des Men’s adventure magazines, et ils infligent aux malheureuses une grande variété de tortures.

Man's Story, September 1962 – All Man, December 1965 – Man's Story, October 1969

On le remarque sur la troisième couverture, la scène est parfois filmée, clin d’œil probable au voyeur qui regarde ces magazines (ou, peut-être, au cinéma de nazi sexploitation qui effectue ses premiers pas en 1969).

Pourquoi figurer des nazis, alors disparus depuis une vingtaine d’années ? Plusieurs raisons sont généralement invoquées. Tout d’abord, les nazis sont des méchants aisément identifiables. Sur ces illustrations, leurs tenues sont immédiatement reconnaissables et les croix gammées sont omniprésentes, mais pas toujours en des endroits historiquement attestées.

Man's Story, November 1962 – Wildcat Adventures, July 1963 - New Man, May 1965

Les nazis ont été des ennemis. Ils furent vaincus et même éliminés. Dès lors, ils devenaient un substitut commode de tous les ennemis de l’Amérique. Malgré les images précédentes qui figurent des asiatiques, les éditeurs évitaient en effet d’évoquer directement les conflits en cours en raison de la censure. Comme les soldats constituaient une clientèle importante, ils ne pouvaient pas prendre le risque d’être interdits de diffusion dans l’armée [Heller et al. p. 241]. Les histoires qui figuraient dans ces magazines n’évoquaient guère les guerres en cours. Et les images de nazis remplaçaient avantageusement celles d’adversaires que le public connaissait en fait beaucoup moins que celles des ennemis vaincus vingt ans auparavant11.

Japonais

Beaucoup plus rarement, l’ennemi par délégation est japonais.

Wildcat Adventures, February 1961 – Men Today, December 1961 – All Man, January 1962

Animaux

Comme les Japonais (v. ci-dessus), les nazis pratiquent également la torture à l’aide d’animaux féroces.

Man's Daring, January 1962 - Men Today, February 1963 – Man's Action, May 1963

Trois brèves remarques à propos de chacune de ces images.

La première couverture, avec les babouins, est considérée comme un classique par les collectionneurs (cf. cet article de Bob Deis sur menspulpmags.com). En arrière-plan, un héros est sur le point d’intervenir pour sauver la demoiselle en grave danger. Cette figure est récurrente; elle est présente également sur les exemples précédents (premières couvertures des images “Communistes”, “Russes”, “Cubains”, “Japonais”). Nous y reviendrons.

Les piranhas de la seconde image ont peut être inspiré à Russ Meyer, qui connaissait bien ces magazines, une scène connue de son célèbre film d’exploitation Megavixens (1978) où un sosie de Hitler disparaît de cette façon.

Sur la troisième couverture enfin, la croix gammée improbable sur le front des panthères fonctionne là encore comme une marque de reconnaissance, une sorte de balisage de l’enrôlement de ces animaux au service du mal. Dans les comics des années 1940 déjà, les grand singes et les dinosaures utilisés comme supplétifs des nazis en étaient affublés.

Amazing Man Comics #22, May 1941 - Boy King and the giant from Clue Comics, June 1943

Le nombre considérable de figurations de nazis dans les Men’s adventure magazines mérite qu’on les examine attentivement, car on retrouve certaines de leurs caractéristiques dans le cinéma d’exploitation qui a succédé à ces publications. Les sections suivantes décrivent brièvement quelques-uns de ces stéréotypes.

Sauveteurs

Parmi ces figures, le stéréotype de la “demoiselle en détresse” (Damsel in Distress) est largement représenté:

Men Today, June 1961 – Rugged Men, June 1961 – Man's Story, August 1966

Beaucoup des films d’exploitation où interviennent des tortionnaires nazis se terminent de manière analogue avec le sauvetage in extremis de jeunes femmes sur le point de subir une dernière et fatale séance de torture. Et bien souvent, le poncif se poursuit: le soldat américain providentiel est “gratifié” d’une relation sexuelle de la part de l’ex-victime désormais consentante et reconnaissante.

Médecins

La figure du médecin fou et criminel est également représentée:

Man's Story, February 1964 – Man's Adventure, August 1965 – Man's Daring, March 1966

Occultisme

Certaines couvertures associent des nazis à des personnages grimés effrayants (ou ridicules) qui rappellent vaguement des assassins satanistes ou des bourreaux issus d’un autre âge.

Man's Story, July 1962 – Man's Story, September 1963 – Man's Story, March 1964

Prostituées

Les femmes représentées aux côtés de nazis dans les magazines masculins sont majoritairement des victimes. Plusieurs couvertures cependant représentent des femmes fatales participant à des orgies, des danseuses, des prostituées.

Battle Cry, January 1965 – Men, December 1967 - Male, June 1968

De la même façon, comme on le sait, les films de nazi sexploitation ne sont pas tous situés dans des camps. À partir de Salon Kitty (Tinto Brass, 1976) plusieurs se déroulent dans un bordel.

Dominatrices nazies

Graphiquement, les demoiselles en détresse et plus généralement les victimes de tortionnaires sont des figures de femmes faibles et passives. En dehors des femmes fatales, les prostituées soumises aux personnages dominants que sont les nazis dans les Men’s adventure magazines sont également plutôt des femmes fragiles.

Deux autres stéréotypes inverses, situés cette fois du côté nazi, représentent des femmes fortes: les “dominatrices” et les “amazones guerrières”. Elles sont extrêmement présentes dans ces publications.

Les dominatrices nazies sont presque toujours sadiques, très souvent représentées avec un fouet. La plupart du temps, elles font subir des sévices à des hommes, plus rarement à des femmes. Elles s’imposent non seulement à leurs victimes mais également aux autres personnages nazis figurés en retrait. La relation avec les pratiques et l’imagerie BDSM est évidente.

Stag, June 1959 - Big Adventure, March 1961 – Man's Best, July 1962

Ilsa est la figure emblématique qui correspond dans les films d’exploitation à ce stéréotype de papier.

Amazones nazies

Les amazones guerrières nazies sont des combattantes redoutables. Elles sont toujours figurées en action, armées, donnant du fil à retordre aux soldats américains. À l’instar des Amazones de l’Antiquité, elles interviennent fréquemment en groupe.

Man's Exploits, April 1963 - Men Today, August 1963 - All Man, May 1967

Comme la première couverture ci-dessus le montre, il n’est pas toujours facile de discerner les amazones des dominatrices. Chez les collectionneurs de magazines, cette distinction n’est pas effectuée et les dominatrices et amazones nazies sont parfois qualifiées globalement de “nazis babes” ou “nazis chicks“.

Cette figure est reconnaissable dans plusieurs films d’exploitation, notamment sur les affiches qui représentent des combattantes armées (Eine Armee Gretchen), ainsi que dans le personnage de Hessa dans les bandes dessinées pour adultes.

La jeune femme combattante et peu vêtue est en fait un stéréotype fort ancien, reconnaissable dans une lignée considérable de personnages populaires: les Jungle girls dans les comics, les Cavern Girls (Raquel Welch dans One Million Years B.C, 1966), les virtuoses féminines de l’épée dans l’heroic fantasy, etc., jusqu’aux personnages des séries de télévision (Xena) et des jeux vidéos (Lara Croft). L’amazone nazie est une déclinaison du personnage fort et positif de la guerrière amazone, mais son affiliation politique et sa proximité avec la figure de la dominatrice sadique la classe définitivement dans la catégorie des méchantes (villains).

Autres dominatrices et amazones

De la même façon que des “communistes sadiques” figurent parfois sur les couvertures des magazines d’aventures pour hommes, des dominatrices et amazones russes, japonaises, cubaines, etc. sont également représentées sur ces publications.

Battle Cry, August 1961 – Man's Best, September 1961 – Men in Conflict, February 1962

Tout comme Ilsa a poursuivi sa carrière criminelle en Sibérie et ailleurs, les personnages de dominatrices et d’amazones de ces magazines s’adaptaient aisément à d’autres contextes géopolitiques.

Amazones résistantes

Sur les couvertures des Men’s adventure magazines, les amazones nazies demeurent toutefois beaucoup plus représentées que leurs semblables communistes plus récentes. Elles ont cependant des adversaires redoutables. Les amazones résistantes sont en effet tout aussi populaires, et ne leur cèdent en rien en ce qui concerne les qualités guerrières et les codes vestimentaires.

Man's Book, June 1963, cover by Bruce Minney – World of Men, February 1964 – All Man, November 1964 – Man's Action, November 1965

Les amazones résistantes (ou “resistance babes” pour les collectionneurs) sont en quelque sorte des antithèses positives et héroïques des “nazis babes”. Elles sont d’ailleurs parfois opposées les unes aux autres sur certaines couvertures, comme sur la seconde ci-dessus qui figure également un sauveteur de “demoiselles en détresse”.

Mais la dichotomie n’est pas toujours aussi simple. Sur quelques rares couvertures, les “resistance babes” ont un comportement ouvertement sadique. Ces images brouillent alors les représentations du mal et du bien auxquelles les amazones nazies et les résistantes sont respectivement associées. La troisième couverture ci-dessus montre ainsi des résistantes qui ont gravé avec un poignard une croix gammée sur la poitrine d’un soldat allemand; Inglourious Basterds n’est pas très loin.

Bien qu’elles soient au moins aussi présentes que les amazones nazies dans les magazines d’aventure, les résistantes ne semblent pas avoir été utilisées par le cinéma de nazi sexploitation, sans doute parce qu’il demeurait bien plus facile malgré tout d’utiliser le potentiel érotique et sadique des premières.

Représentation des camps

Les camps sont représentés par des miradors et fils barbelés. Ils sont fréquemment franchis par des amazones résistantes qui aident des prisonniers alliés à s’évader (ou parfois l’inverse). Ce sont donc plus probablement des stalags et non des camps de concentration que les dessinateurs souhaitaient évoquer.

True Men, May 1962 – Man's Epic, April 1964 – Man's Book, February 1970

Très rarement, comme sur la seconde couverture ci-dessus, un numéro est tatoué sur le corps de prisonnières qui se révoltent ou s’évadent, suggérant que l’image renvoie alors à un camp de concentration.

Bandes de jeunes nazillons modernes

À la fin des années 1960, lorsque les Men’s adventure magazines commencent à disparaître, les figurations de nazis sont de plus en plus rares. Rappelons que cette période correspond au début de la vague nazi sexploitation au cinéma. Il est possible que les deux phénomènes soient corrélés, mais il est difficile de l’établir avec certitude. On voit alors apparaître des images de bandes de jeunes affublés de croix gammés, des nazillons modernes représentés en train de violenter ou torturer des femmes dénudées sur le modèle de leurs prédécesseurs.

Man's Book, December 1968 – Man's Conquest, August 1971 – Men Today, March 1973

Bandes de jeunes non nazis

Les jeunes voyous nazifiés et sadiques des exemples précédents sont difficiles à identifier avec précision, mais dans leurs représentations, c’est la présence de la croix gammée bien visible qui semble importante. En fait, les groupes en question n’ont pas toujours besoin de ce signe distinctif. À la même époque en effet, des bandes de jeunes violents, non explicitement nazis, sans signes distinctifs, font leur apparition sur les couvertures des magazines pour hommes.

Men Today, November 1971 - Man's Book, August 1972 – Man's Book, October 1972

Ces illustrations renvoient probablement à l’idée que le lectorat plutôt conservateur de ces magazines se fait des bandes de jeunes. Les Hell’s Angels, les groupes vaguement occultistes ou mystiques, ou même les non-violents hippies pouvaient être perçus comme dangereux pour les lecteurs.

Stalag fiction en Israël (1961-1964)

La série de livres Stalag fiction a été publiée en Israël de 1961 à 1964, au moment du procès Eichmann. Ces fascicules aux couvertures illustrées décrivent les abus sexuels et les sévices infligés par de jeunes femmes SS à des prisonniers de guerre alliés.

Couvertures de Stalag fiction, circa 1962

L’histoire de ces livres a été étudiée par le spécialiste de la culture populaire israélienne Eli Eshed, puis par le documentariste Ari Libsker à partir de 2003. Libsker a réalisé en 2007 un documentaire sur cette littérature occultée en Israël durant de nombreuses années: Stalags, Holocaust and Pornography in Israël (traduction du titre hébreu; un bref extrait est disponible sur youtube).

Il n’est pas facile d’obtenir des informations précises sur ces publications et je n’ai pas eu l’occasion de voir le film de Libsker pour rédiger le présent billet. Je me réfère donc pour la description succincte qui suit à différents articles disponibles sur le web, en particulier [Anderman], [Anspach] et [Kershner].

Les actions relatées se déroulent dans des camps de prisonniers (stalags) et non dans des camps de concentration. Les captifs sont presque toujours des soldats anglo-américains, non juifs, très rarement des femmes. L’une des exceptions notables est l’histoire intitulée “I Was Colonel Schultz’s Private Bitch” où la victime est une femme transformée en objet sexuel par un colonel nazi. Les histoires, qualifiées de pornographiques, ont été écrites en hébreu par des auteurs israéliens qui étaient souvent des enfants de victimes de camps d’extermination. À la fin de la plupart des histoires, les prisonniers se révoltent, violent et tuent les gardiennes SS. Ces publications rencontraient un grand succès auprès des jeunes israéliens. Jugées scandaleuses, elles ont finalement été poursuivies par la police puis elles ont disparu; certains titres ont alors circulé clandestinement.

Les couvertures de ces fascicules ne semblent pas avoir été étudiées sérieusement. Il est remarquable pourtant que le style des dessins qui y figurent est tout à fait semblable à celui des magazines d’aventure pour hommes. Avec l’aide du collectionneur Bob Deis et du groupe Facebook Men’s Adventure Magazines, nous avons pu établir effectivement que plusieurs dessins sont copiés de couvertures de magazines pour hommes. Voici par exemple l’origine des deux dernières couvertures de l’illustration précédente (la première n’a pas été retrouvée, la troisième est inversée):

True Men Stories, September 1962, cover painting by Earl Norem.jpg – True Men Stories, October 1959, cover painting by Wil Hulsey

Autre exemple:

(haut) Deux couvertures de Stalag fiction, circa 1962; (bas) Man's Magazine, June 1960 – Man's Life, May 1963

Il serait très intéressant de disposer d’une base de données en ligne des couvertures et des histoires (traduites) de Stalag fiction. L’analyse de ces corpus pourrait être réalisée par des collectionneurs de Men’s Adventure Magazines et permettrait sans aucun doute d’en savoir plus sur ces publications étonnantes, et, en particulier, d’établir si les histoires sont réellement originales ou constituent une adaptation (ou une extrapolation) d’histoires précédemment parues dans des revues américaines.

Mise à jour du 28 novembre 2012
Le lien entre les illustrations de Stalag fiction et les couvertures des Men’s Adventure Magazines est déjà mentionné dans le film de Ari Libsker Stalags, Holocaust and Pornography in Israël. Le film montre ainsi la couverture de True Men, October 1959 qui figure dans mon article. Je l’ignorais au moment de la rédaction car je n’avais pu alors voir ce documentaire. Le film précise que les auteurs israéliens des histoires utilisent toujours des pseudonymes anglais (Mike Baden est ainsi le pseudo de Eli Keidar) et que le style est marqué par des tournures anglaises. Il est possible que les histoires publiées dans les magazines américains aient influencé celles de Stalag fiction mais celles-ci semblent bien, pour l’essentiel, une création originale de ces auteurs israéliens. Voir aussi les articles de  Nitsa Ben-Ari et Amit Pinchevski & Roy Brand ajoutés en référence.

Pulps américains

Dans les années 1950-1960, quelques pulps novels américains ont aussi raconté des histoires érotiques ou SM entre des tortionnaires nazis et des prisonnières.

Hank Janson - Hate, Alexander Moring, 1958 - Carnal Countess, Don Bellmore, A Pleasure Reader, PR 122, 1967 - Chained Women, Jim Kent, Col Cameron cover, 1969

Ces titres sont assez difficiles à repérer car à notre connaissance, il n’existe pas de recensement indexé de ces publications. Le faible nombre de couvertures retrouvées n’est certainement pas significatif et il doit en exister beaucoup d’autres. Cette estimation est justifiée par la présence à cette époque d’histoires de femmes en prison (WiP) qui constituent un genre apparenté.

Comics américains

Hormis quelques publications marginales comme les tijuana bibles, les comics américains des années 1940-1970 étaient plutôt destinés aux enfants et adolescents. Ils étaient soumis au contrôle du Comics Code Authority et ne représentent donc pas de scènes érotiques aussi explicites que les magazines d’aventure destinés aux hommes.

Plusieurs bandes dessinées de guerre (war comics) ont pourtant utilisé le stéréotype de l’amazone guerrière sexy, résistante ou nazie.

The American Air Forces #11, 1953 - Star Spangled War Stories #84, August 1959 - 03 Sgt. Rock #322, November 1978

Ces jeunes femmes cependant demeurent plus habillées que leurs homologues des Men’s Adventure Magazines, et surtout elles ne sont pas véritablement sadiques.

Une exception: le personnage remarquable de Valkyrie qui mérite ici d’être décrit.

Airboy est un tout jeune as de l’aviation dont les aventures sont publiées dans Air Fighters Comics depuis novembre 1942. Il pilote un prototype d’avion qui surclasse tous les autres appareils. Engagé contre les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, il affronte en novembre 1943, Valkyrie, une redoutable aviatrice allemande qui commande une escadrille de femmes pilotes, les Airmaidens (l’épisode est reproduit ici et analysé ). Airboy est fait prisonnier. Puis dans une scène devenue célèbre, Valkyrie au décolleté vertigineux fouette Airboy torse nu attaché à un poteau. Par la suite, elle extorque à Airboy les secrets de son avion exceptionnel en se donnant à lui. Elle sauvera ensuite Airboy et ralliera le camp américain en exécutant sans état d’âme le colonel Oberst, son précédent supérieur.

Air Fighters Comics, November 1943, couverture et extraits des pages 7, 10, 12

Sexy, dominatrice, chef d’une bande d’amazones, combattante redoutable et impitoyable, ce personnage de comics possède dès 1943 les caractéristiques essentielles des nazi babes que l’on retrouve dans les pulps masculins deux décennies plus tard.

Pulps durant la Seconde Guerre mondiale

Avant l’apparition des Men’s Adventure Magazines, les pulps américains utilisaient déjà les stéréotypes que nous avons repéré. Ainsi, avant même la Seconde Guerre mondiale, True Adventure Tales publiait des récits d’atrocités japonaises ou allemandes [Heller et al. p. 43]. Durant la guerre et même un peu auparavant, les couvertures de ces magazines affichent de patibulaires japonais qui s’en prennent à des jeunes femmes en tenues légères.

Spicy Adventure Stories, December 1938 - Argosy v314 #1, August 1942 - Speed Adventure Stories, May 1943

Les nazis ne sont pas en reste.

Detective Fiction (True Crime Mysteries), February 21, 1942 - Scoop, December 1942 - Speed Adventure Stories, February 1943

La figure du nazi sadique torturant une femme dénudée ne date donc pas du cinéma d’exploitation des années 1970 ni même des magazines masculins des années 1950; elle est attestée et déjà bien établie durant la guerre.

Mieux, le stéréotype de l’amazone guerrière, nazie ou résistante, est également reconnaissable dès cette époque (tout au plus ces combattantes sont-elles plus vêtues que les amazones ultérieures).

Phantom Detective, April 1941 – Phantom Detective, July 1941 - Speed Adventure Stories, November 1944

Avant la guerre, les Weird menace pulps

Après avoir remonté les années jusqu’à la guerre de 1939-1945, peut-on poursuivre encore un peu plus vers le passé ? Non bien sûr si l’on recherche des figurations de nazis. Mais dans les années 1930, un genre particulier de pulps rencontrait un grand succès et retient maintenant notre attention.

Les Weird menace magazines des années 1930, encore appelés Shudder pulps, sont des pulps racontant des histoires horrifiques. Le premier titre du genre, Dime Mystery, est créé en 1933 par deux éditeurs de New York, Henry Steeger et Harold Goldsmith. Steeger a raconté qu’il s’était alors inspiré du théâtre de Grand Guignol parisien [Jones p. 6].

Par la suite, les publications telles que Dime Mystery, Dime Detective, Thrilling Mystery Terror Tales, ou Horror Stories deviennent très populaires et leurs couvertures rivalisent de scènes de torture ou d’épouvante. Les récits de meurtres abominables sont alors fréquents dans les detectives magazines tandis que les fictions fantastiques forment une autre variété d’histoires horribles alimentant le genre.

La période érotico-sadique des Weird menace pulps commence vers le milieu de 1937 [Jones p. 121]. Les couvertures sont alors peuplées de monstres sadiques qui torturent des femmes peu vêtues.

Horror Stories, December 1937 - Thrilling Mystery, September 1938 - Double Action Detective, November 1939

Comme on peut l’observer sur la dernière image, les médecins fous et la figure du sauveteur de demoiselle en détresse sont déjà présents à cette époque. Il en est de même d’autres stéréotypes que nous avons rencontrés, en particulier les dominatrices sadiques et les amazones guerrières déshabillées.

Thrilling Mystery, October 1936 - Spicy Adventure Stories, August 1937 – Horror Stories, August 1939

Au terme de cette enquête visuelle, il apparaît clairement que l’amalgame nazisme/sadisme/érotisme dans les productions graphiques de la culture ordinaire a émergé dès la Seconde Guerre mondiale et évolué sous de nombreuses formes jusqu’à son expression dans les films de nazi sexploitation.

Lorsque l’on se focalise uniquement sur le cinéma d’exploitation des années 1970 en ignorant cette réalité, on s’interdit de comprendre que la culture populaire américaine – ainsi traversée durant près de trente années par des imageries extrêmement puissantes – a construit un véritable mythe érotico-sadique du nazisme.

La composition de ce mythe est un assemblage de plusieurs stéréotypes: les sadiques et les femmes martyrisées dénudées évidemment, mais aussi les prostituées et bordels, les demoiselles en détresse et leurs sauveteurs, les médecins criminels, les tortures à l’aide d’animaux féroces, les femmes dominatrices, les amazones guerrières, la collusion avec l’occultisme, etc.
Ces stéréotypes sont malléables. Ils ont été adaptés très tôt aux ennemis japonais et allemands à partir des figurations érotico-sadiques des Weird menace pulps. Et tout au long de la longue histoire des Men’s adventure magazines, ils ont été appliqués à d’autres ennemis des États-Unis (Coréens, Chinois, Russes, Cubains, etc.).

Mais ce sont les nazis comme méchants (villains) facilement reconnaissables et anciens ennemis vaincus, les nazis en tant qu’icônes d’un mal absolu écrasé, qui sont devenus les modèles indiscutables de ces stéréotypes fabriqués et ressassés par les industries culturelles populaires: pulps, comics, et pour finir cinéma. Le nazi pourrait-on dire est le point focal immédiat de cette imagerie. Il concentre tous les stéréotypes et fonctionne beaucoup mieux que n’importe quel autre villain associant érotisme et sadisme (sataniste, inquisiteur, etc.). Dans l’imagerie érotico-sadique, le point Godwin est inévitable et instantané.

Le cinéma de nazi sexploitation est une version tardive et exacerbée de ce mythe. Il est opportuniste en ce qu’il prétend s’appuyer sur une terrible réalité historique pour en augmenter la force. Il est outrancier en ce qu’il accumule des actes répugnants en les représentant dans ce contexte historique.

Plutôt que le seul cinéma de nazi sexploitation, c’est bien l’histoire longue de ce mythe dans toutes ses composantes de la culture populaire que l’on doit mobiliser afin de comprendre certains aspects ambigus de la représentation des nazis dans le cinéma mainstream qui prétend décrire une réalité historique ou documentaire.

Merci à Rémy Besson et Claude Estèbe pour les références fournies, à Bob Deis et aux participants du groupe Facebook Men’s Adventure Magazines pour leur aide concernant les magazines israéliens Stalag fiction.

Mise à jour du 26 novembre 2012

Les martyrs chrétiens sont fréquemment représentés dans la peinture classique et sur des supports populaires (images pieuses, catéchismes). Pierre-Olivier Dittmar a suggéré que ces représentations ont influencé certaines compositions de “nazis sadiques”, en particulier les supplices où interviennent des animaux féroces. Le rapprochement est en effet assez convaincant (v. ci-dessous) et je recherche d’autres images dont la similarité formelle soit indéniable.

Man's Action, May 1963 - Saint Ignatius of Antioch, circa 1880 - Rome Christian Martyrs, Wood engraving, American, 19th century - Henri Courselles-Dumont (1856-1914), Dans l'arène, huile sur toile. Exposé au salon des Artistes français de 1912. D'après une carte postale de l'époque

À noter également que l’une des panthères du magazine Man’s Action de 1963 rappelle curieusement le logo du Black Panther Party établi en 1966.

Man's Action, May 1963 - Interior panel of brochure for the Lowndes County (Alabama) Freedom Organization, circa October 1966 - Flyer for Black Power and Change conference rally at UC Berkeley, circa October 1966

Références

  1. Le roman est disponible en téléchargement ici, format PDF. []
  2. On peut s’étonner d’ailleurs que ce n’est pas cet aspect du film qui a offusqué Rivette mais le célèbre travelling final. []
  3. Ce cinéaste avait participé à la réalisation du film de propagande Titanic en 1943. []
  4. cf. Benedikt Eppenberger, Eine Armee Gretchen: Nazisploitation Made in Switzerland in [Bridges et al.]. []
  5. Le générique de fin du film mentionne bien la date de 1974 mais le film semble avoir été diffusé seulement en 1975. []
  6. cf. Michael Fuchs, Of Blitzkriege and Hardcore BDSM: Revisiting Nazi Sexploitation Camps in [Bridges et al.]. []
  7. cf. Mimmi Woisnitza, Messing Up World War II-Exploitation: The Challenges of Role-Play in Quentin Tarantino’s Inglourious Basterds in [Bridges et al.]. []
  8. cf. Alicia Kozma, Ilsa and Elsa: Nazisploitation, Mainstream Film and Cinematic Transferance in [Bridges et al.]. []
  9. cf. Elizabeth Bridges, Reproducing the Fourth Reich: Cloning, Nazisploitation, and Revival of the Repressed in [Bridges et al.]. []
  10. cf. Sven Jüngerkes and Christiane Wienand, A Past that Refuses to Die: Nazi Zombie Film and the Legacy of Occupation in [Bridges et al.]. []
  11. Sans connotation sexuelle cette fois, le procédé a été utilisé plus récemment. Après le 9/11, Captain America a de nouveau combattu des nazis, substituts manifestes d’Al-Qaïda, cf. Craig This, Captain America Lives Again and So Do the Nazis: Nazisploitation in Comics after 9/11 in [Bridges et al.]. []

22 Reponses à “ Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation ”

  1. Merci pour cet article. Je trouve, entre autres, le lien que tu établis entre les fascicules israéliens et les magazines américains particulièrement intéressant. Si le rapprochement entre les contenus de ces publications est possible cela va sensiblement changer l’interprétation de ces ouvrages.
    Pour ce qui est des films, est-ce que tu as des informations concernant leur mode de diffusion à l’époque de leur sortie et sur la persistance de leur circulation? Les circuits de diffusion étaient-ils comparables à ceux des magazines (pour lesquels tu parles d’un lectorat ‘conservateur’ et des soldats américains)?

  2. Merci Rémy. Je crois que la relation entre les couvertures des magazines israéliens et celles des Men’s Adventure Magazines n’avait jamais été établie avant la recherche réalisée avec les membres du groupe de collectionneurs que j’ai mentionné. En tout cas, je ne l’ai jamais vue explicitée. Si tu as des contacts pour nous aider à obtenir d’autres scans de couvertures, mais surtout des contenus traduits, cela nous aiderait certainement à progresser dans l’interprétation de ces ouvrages.

    Les films de nazi sexploitation des années 1970 étaient diffusés dans des salles de cinéma qui passaient des films d’horreur, érotiques ou pornos. J’en ai vu des affiches lorsque j’étais étudiant à Caen. Ce n’était pas du tout diffusé “sous le manteau” ou je ne sais quoi, c’était juste du cinéma un peu particulier ;) Ils sont toujours diffusés, cf. ici par exemple, et beaucoup sont facilement trouvables ailleurs et gratuitement…

    Pour les Men’s magazines des années 1960, d’après l’ouvrage que je mentionne en biblio [Heller et al.], ils étaient diffusés normalement chez les marchands de journaux, mais évidemment réservés aux adultes. Les vendeurs qui étaient situés près des bases militaires vendaient ces magazines particulièrement bien.

  3. Hello Patrick! C’est un euphémisme que de dire que ton travail me plaît! Merci pour ce boulot sidérant sur un nouveau thème toujours.
    Bon, à parcourir l’iconographie, il n’est donc pas franchement terrible d’être une nénette, c’est rien de le dire!(genre, le scoop!) Mais je laisse les spécialistes de la question se pencher sur cet aspect ;) .

    Ce qui m’interpelle plus particulièrement serait plus du côté de l’histoire culturelle et de la culture dite populaire, voire dans ce cas underground ou simplement spécialisée. Parce qu’au fond, ce que tu montres c’est que ces cultures dites marginales (underground, un peu vite attachées à des groupes de “cinglés” ou de passionnés aux passions douteuses) sont d’une part extrêmement répandues et banales donc résolument culturelles (et pour tous) ; et d’autres part, qu’elles se construisent et suivent exactement les mêmes circuits que n’importe quel objet culturel, la validation officielle (le label) en moins. C’est d’autant plus important que le poids du thème abordé donne (ou devrait le faire) beaucoup de force à cette évidence.
    Prendre à bras le corps, comme tu le fais, un tel corpus, sans chichiterie ni superstitions (j’insiste), permet de prendre la mesure de plusieurs mécanismes que nous connaissons bien et de les confirmer: les rumeurs culturelles par méconnaissance des circuits industrielles de la culture (“Portier de nuit” à l’origine d’une mode douteuse); l’importance et l’impact certain des produits culturels méprisés (industriels, de mauvais goût etc.) qui sortent renforcés par le dédain et l’ignorance bien-pensants et construisent autant voire plus que d’autres éléments culturels; par conséquent, l’écart vertigineux entre les préoccupations intellectuelles auxquelles sont soumises nos pratiques et la réalité de celles-ci (et ce depuis pas mal de temps (le 19ème?))puisque ces histoires-là ne sont pas encore faites; l’impact déterminant de l’histoire culturelle avec l’histoire événementielle, définitivement liées. L’image est un outil magnifique (une entrée très efficace) pour comprendre et mettre en évidence ces mécanismes, précisément parce qu’elle a été elle-même l’objet de superstitions (cf. séminaire de cette année ;) ) et partant d’obscurantisme! (pour terminer sur un jeu de mots).
    Certains suggéraient une thèse à faire…

  4. Merci Audrey pour cet avis et ces réflexions.
    L’un des sujets intéressants que pose ce genre de sujet, aussi, c’est de montrer le caractère historique de l’acceptabilité. Je me souviens très bien par exemple à la fin des années 1970 que les films de nazi sexploitation italiens (il n’y avait que ceux là qui étaient distribués semble-t-il là où j’étais…) paraissaient des objets assez ahurissants, bons pour les amateurs de mauvais films d’horreur et certainement pas destinés à l’étudiant que j’étais alors. Mais ils étaient acceptés (tolérés plutôt), ils n’étaient pas du tout perçus comme “underground” pour reprendre un terme que tu emploies (pour les étudiants de l’époque, l’underground, c’est vraiment autre chose, genre les fanzines de BD, le rock contestataire, la contre-culture tout çà…). On savait que cela existait, mais on s’en fichait, comme de tous les très mauvais produits culturels populaires. Je n’ai jamais entendu parler par exemple de protestations ou de manifestations contre ces films qui étaient projetés dans une ou deux salles. Et pourtant, on allait manifester contre Sardou qui venait chanter… Je ne sais même pas si on faisait le rapprochement avec “Portier de Nuit” que j’ai vu à sa sortie. Je ne crois pas. C’est assez curieux d’ailleurs car maintenant, avec le recul “historique”, je dis carrément (comme beaucoup) que le film de Cavani se rattache effectivement à ce genre.
    Pour la thèse, hummm, je laisse çà aux jeunes. Si le sujet intéresse un doctorant, je serais ravi d’avoir un peu débroussaillé le chemin et je suivrais avec plaisir l’évolution de ses travaux.
    Ou alors il faudrait que je regroupe tous mes sujets abordés dans CV pour travailler sur une thèse du genre “les représentations populaires de la guerre” ou un truc du style ;)

  5. Philippe Habigand le 16 novembre 2012 à 16:39

    Bonjour Patrick,

    J’ai vu “portier de nuit” il y a fort longtemps et je me suis demandé en ayant su qu’il ressortait s’il aurait une forte diffusion dans le contexte « hyper-bienpensant » actuel.
    Ton article ne répond pas à ça, ce n’était pas son but, mais en commençant à le lire, je me suis souvenu de ces couvertures de magazines.
    Effectivement, nous trouvions il y a « quelques » années des ouvrages mettant en avant ce type de scènes assez facilement. Les derniers qui me reviennent en mémoire ont été aperçus dans une station-service, dans le rayon des magazines pour adultes.
    Aujourd’hui, ce n’est plus le cas (et je fréquente pourtant toujours les stations-services) alors que sans nécessairement en chercher, il était assez fréquent de tomber sur ces illustrations.
    Merci pour cet article qui a réussi à exhumer un souvenir de ma très défaillante mémoire.

    A très bientôt j’espère.

  6. Bonjour Philippe,
    Personnellement, j’ai vu des affiches de films, mais je n’avais jamais vu ce genre de couvertures de magazines avant d’avoir effectué mes recherches sur Internet. Est-ce qu’il s’agissait de BD ou de véritables magazines ? Les illustrations étaient-elles des photos ou des dessins ? Te rappelles-tu du nom d’un de ces magazines ? Ou alors peut-être s’agissait-il de revues qui faisaient leurs couvertures sur des films ? Ce serait intéressant en tout cas de retrouver de type d’illustration dans une certaine presse en France.
    J’espère également à bientôt ;)

  7. thanks Patrick for such a research !
    the topic is more than difficult, far from being easy to discuss and I feel the angle of attack is original and pertinent.

    I guess that now the second part, or a possible continuation of it could be to try to do a bit of reception studies.
    i.e. the negotiation, acceptation and opposition these magazines encountered.
    How much print down did they have?
    who printed them? was there any advertisement inside? and many more questions that emerge after reading you…

    Hope you do continue.

  8. Merci Gaby.
    Je peux donner quelques éléments de réponse à propos des Men’s Adventure Magazines, extraits du livre [Heller et al.] en référence de mon article.
    Tout d’abord, il ne faut pas oublier que les “nazis sadiques” ne constituaient que l’un des sujets de couvertures. Mon propos est concentré sur ces illustrations, mais il ne faut pas avoir l’impression que ces magazines ne parlaient que de cela. Il y avait beaucoup d’histoires et de couvertures sur des situations périlleuses avec des animaux féroces, des récits d’aventures et de guerre, en bref tout ce qui est censé être “viril” selon les canons de l’époque.
    Ces magazines ont constamment été accusés de pornographie; ils ont parfois “joué” à la limite de l’interdiction.
    Au début des années soixante, ils tiraient entre 100.000 et 250.000 exemplaires (p. 53), ce qui est assez considérable.
    Sur la diffusion et en particulier auprès des militaires: “Le service de diffusion de presse de la marine à Brooklyn vend à lui seul plus de magazines qu’aucun autre point de vente de l’énorme marché de New York et du New Jersey.” (p. 46)
    Les magazines n’avaient pas en général de régies publicitaires intégrées. “Des intermédiaires professionnels achetaient quelques pages pour quelques milliers de dollars et les revendaient à des sociétés de vente pas correspondance en augmentant légèrement les prix. Ces annonces sont généralement achetées par des écoles par correspondance, des marchands de remèdes miracles, et autres panacées. Les supports susceptibles d’accepter les publicités de distributeurs d’articles érotiques, de la lingerie fine, sans parler de la pornographie standard (soft ou hard) ne sont pas légion. Dans les années cinquante, les éditeurs des magazines d’aventures pour hommes font régulièrement l’objet de campagnes des commissions sénatoriales contre la pornographie, lesquelles poursuivent de leur vindicte les revendeurs de gadgets érotiques hard. Accusés de collaborer avec des pornographes auxquels ils n’ont pas eux-mêmes vendus d’espaces publicitaires, les éditeurs tirent en fin de compte des bénéfices très limités d’un tel type de publicité, compte tenu des risques qu’elle présente et des frais d’impression qu’elle suppose.”(p. 46 et 48).

  9. A mon tour je te remercie, Patrick, d’ouvrir un nouveau champ et de mettre au jour une iconographie intéressante qui n’entre pas dans les catégories canoniques et de ce fait reste assez largement occultée…
    Grâce à tes immenses compétences de chercheur sur le web, tu arrives à isoler un objet et à en donner une vue synthétique…

    Ce qui m’intrigue ici c’est le pouvoir prêté à l’uniforme nazi, et particulièrement à la svastika, un pouvoir phallique dont on voit qu’il peut être conféré à un homme, à une femme (bien sûr), à un dinosaure ou à un animal… c’est un jeu sur la puissance imaginaire projetée sur le costume… et cela me fait penser au bal costumé auquel s’est rendu Harry habillé en SS, mais aussi aux comédies parodiques comme “To be or not to be” qui avait elle-même suscité de vives critiques à sa sortie parce qu’elle montrait des uniformes nazis tout à fait crédibles dans un film comique… (à une époque où ils n’appartenaient pas au passé) difficile de rire “avec” quelqu’un qui porte cette tenue… le pouvoir du costume est d’ailleurs un des ressorts du propos du film, où des costumes de théâtre deviennent de vrais tenues d’officier dans le contexte d’une manipulation… l’habit faisant le moine… Chaplin, lui avait opté pour des costumes et un symbole légèrement différents des vrais uniformes nazis, ce qui avait sans doute détourné le problème et facilité l’adhésion du public… Ajoutons qu’en France il est interdit de porter la croix gammée, ce qui est une très bonne chose, mais ce qui laisse penser aussi que ce symbole aurait un pouvoir ou en tout cas, ce tabou lui en confère-t-il un… l’habit fait le nazi !
    Bref, c’est le pouvoir de la visibilité de ces apparences nazies, comme symboles du pouvoir absolu et sans limite, qui est peut-être mis en jeu dans ces récits visuels, qui l’expriment directement, offrant la possibilité aux lecteurs de s’identifier à l’agresseur et donc de se venger… y compris en tenant imaginairement les deux rôles, successivement. Question : les scénarios montrent-ils systématiquement un renversement des rôles, une vengeance, à la fin ?
    Comme le suggère Gaby, une étude de la réception de ces oeuvres serait intéressante, je suppose qu’elle est sans doute du côté des victimes… du côté de ceux qui ont intérêt à jouer avec la dimension oppressante de ces symboles pour les tourner au ridicule… castrer l’agresseur ou lui ravir l’instrument visuel de son pouvoir (phallus), le costume et la svastika… comme Lubitsch… exilé juif allemand à Hollywood… (Le propos de Chaplin est différent, plus politique… il n’est pas ontologiquement visé par l’oppresseur, son identification à l’agresseur ne suit pas les mêmes voies). Et dans cette perspective, le cas israélien, lié temporellement au procès Eichmann qui est un point de basculement dans la gestion de la mémoire du génocide (première “opération punitive” du Mossad et premier procès fait par l’Etat hébreux qui reconnaît ainsi le statut des rescapés) est très intéressant dans ce sens…
    En dehors de satisfaire des passionnés de SM, clients de ces lectures comme d’autres (avec d’autres costumes), et dont les motivations sont moins liées à l’Histoire, je me demande s’il n’ y a pas ici, aussi, dans ce jeu sur le signifiant visuel (uniforme/ svastika), quelque chose qui est de l’ordre de la mise en scène de la visiblité et de son pouvoir, de sa captation et de son renversement vengeur… D’où d’ailleurs la préférence apparente pour les SS au détriment des gestapistes, habillés en civil mais tout aussi violents…

  10. Merci Olivier.
    En ce qui concerne la fin des scénarios, je ne sais pas pour les histoires qui figurent dans les Men’s Adventure Magazine mais je vais demander aux collectionneurs. Je pense que les victimes sont toujours libérées. Pour ce qui est des films de nazi sexploitation, tout au moins pour les 3 ou 4 que je me suis imposé pour rédiger cet article ;) , les méchants sont tués à la fin, soit par d’autres méchants (Ilsa) soit par des libérateurs américains. Je pense que c’est à peu près systématique. Mais là encore, cela demanderait confirmation par des connaisseurs du genre… C’est une vengeance, ce que j’ai appelé une moralité à bon compte, mais ce n’est pas un renversement de rôle dans le sens où les victimes ne font pas subir de châtiments corporels aux bourreaux vaincus. Ces derniers sont tués, point barre.
    Pour les histoires du pulp israélien Stalag fiction, c’est différent et plus brutal semble-t-il d’après les sources que j’ai mentionné: les prisonniers violent et tuent les geôlières SS sadiques. On peut alors parler d’inversion des rôles.
    Je ne sais pas si l’on peut parler de “pouvoir” prêté à l’uniforme SS et à la croix gammée. Peut-être que le fait qu’ils soient si faciles à identifier et immédiatement associés aux villains (pour parler comics) ou au mal (pour parler plus gravement) suffit à expliquer leur usage systématique. L’absence de représentation de gestapistes dans les films ou les magazines tient certainement à leur manque de visibilité comme tu le notes, mais sans doute aussi parce ces histoires sont souvent situées dans des camps où la Gestapo n’intervenait pas habituellement. On remarque aussi que c’est toujours le second uniforme noir des officiers SS qui est représenté, celui produit par les usines Hugo Boss.
    L’étude de la réception de ces productions est bien sûr un sujet passionnant. Dans les ouvrages académiques que j’ai consulté pour cet article, ce n’est pas vraiment abordé, mais peut-être existe-t-il des études sur le sujet. Je ne sais pas. Sauf pour Stalag fiction puisque c’est l’objet du documentaire d’Ari Libsker qui interviewe d’anciens lecteurs de ces opuscules. Mais je n’ai malheureusement pas pu voir ce film jusqu’à présent.

  11. Manifique démonstration! Merci.
    Ce qui me frappe c’est que c’est l’identité de ce mythe qui construit l’identité du personnage nazi SM. Ce que tu démontres c’est comment le personnage de nazi SM évolue en gardant ces signes reconnaissables: uniforme, swastika mais tout en s’adaptant aussi aux nouvelles situations, ennemis. La puissance du personnage de nazi SM, comme tu le démontre, c’est aussi ça souplesse de marcher avec d’autres récits de sauvegerie.
    Je pense aussi que la réception des magazines, comics.. peut être une bonne piste, surtout en vu de leur statut actuel comme des ‘collector’s items’.

  12. Merci Fatima.
    C’est tout à fait çà, je crois. J’ai parlé de stéréotypes “malléables” dans mon article, et en effet, ils s’adaptent comme tu le dis à d’autres “récits de sauvagerie”. Un cas récent, que j’ai signalé en note, est le retour des nazis après le 9/11 dans Captain America (je n’ai pas développé car il n’y a pas de connotations érotiques dans ce “revival”, mais sur ce sujet l’étude de Craig This est très intéressante, dommage qu’elle ne soit pas publiée sur Internet…).

  13. Deux mises à jour à cet article:

    1. Le lien entre les illustrations de Stalag fiction et les couvertures des Men’s Adventure Magazines est déjà mentionné dans le film de Ari Libsker Stalags, Holocaust and Pornography in Israël. Le film montre ainsi la couverture de True Men, October 1959 qui figure dans mon article. Je l’ignorais au moment de la rédaction car je n’avais pu alors voir ce documentaire. Le film précise que les auteurs israéliens des histoires utilisent toujours des pseudonymes anglais (Mike Baden est ainsi le pseudo de Eli Keidar) et que le style est marqué par des tournures anglaises. Il est possible que les histoires publiées dans les magazines américains aient influencé celles de Stalag fiction mais celles-ci semblent bien, pour l’essentiel, une création originale de ces auteurs israéliens. Voir aussi les articles de Nitsa Ben-Ari et Amit Pinchevski & Roy Brand ajoutés en référence.

    2. Les martyrs chrétiens sont fréquemment représentés dans la peinture classique et sur des supports populaires (images pieuses, catéchismes). Pierre-Olivier Dittmar a suggéré que ces représentations ont influencé certaines compositions de “nazis sadiques”, en particulier les supplices où interviennent des animaux féroces. Le rapprochement est en effet assez convaincant et je recherche d’autres images dont la similarité formelle soit indéniable.

  14. Bonjour Patrick. J’ai pris un très grand plaisir à lire ton article et à découvrir ces multiples références. Merci beaucoup. Lorsque j’ai lu l’article je n’avais pas vu le film Iron Sky de Timo Vuorensola, (http://www.imdb.com/title/tt1034314/) que je viens de voir, c’est pourquoi je commente avec un peu de retard ;) Ce film, qui n’a pas encore de distributeur en France, produit en 2012 en Finlande/Allemagne/EU, est un étrange condensé de beaucoup d’approches que tu avances ici. Le pitch est simple, des nazis ont survécu et vivent sur la face cachée de la lune et décident d’envahir le monde. Il fait partie de ces films de Space Nazis, il est basé sur la légende du V7. Il est d’autant plus surprenant de remarquer que c’est un film qui surfe sur des notions à la mode, comme l’envahissement, la fin du monde, le passé qui resurgit dans le contemporain etc. Mais au-delà de cette question, on voit bien combien ce film répond dorénavant à un impensé du nazisme qui est lié à un univers érotico-sadique. Il suffit de voir le personnage joué par Julia Dietze alias Renate Richter dans le film, qui est un rôle entièrement écrit autour de la tension érotique de la tenue et de la « femme » nazie. Une des affiches distribuées aux Etats-Unis la montre en décolleté plongeant, le regard lubrique, la bouche pulpeuse etc (http://www.phillshaw.co.uk/babylongeek/review/iron-sky-movie-review-julia-dietze-2012). Je trouve que ce serait intéressant de voir en ce film une sorte de paroxysme de tout ce que tu décris ci-dessus et la preuve tangible que toutes ces appropriations culturelles sont bel et bien intégrées à une sorte d’inconscient collectif où l’univers nazi, dès lors qu’il est détourné, dès lors qu’on l’utilise comme l’ultime crainte, l’ultime « méchant », est un mélange basé sur l’érotisme et le sadisme. Ce film, dans l’histoire du cinéma (je veux dire qu’il se place en 2012) est significatif d’une évolution de l’univers nazi (en ce sens qu’il a été, au fil des ans, décanté par le biais de ces multiples productions culturelles). Et on arrive, en quelque sorte, à Iron Sky, en 2012, grosse production apocalyptique qui mélange merveilleusement bien deux gros impensés de notre société contemporaine : le point de non retour historique que représente la seconde guerre mondiale, et notamment le nazisme et les multiples attentes eschatologiques (réelles et fantasmées). Le film mêle ces deux ensembles et ça donne, à mon sens, un des meilleurs films « contemporains ».

  15. Bonjour Adrien. Merci pour ton avis et ce descriptif analytique d’Iron Sky. Je n’ai pas vu ce film que j’avais repéré lors de la rédaction de mon article (il est donné en lien dans la catégorie “nazis survivants” du paragraphe sur les films d’exploitation qui ne sont pas spécifiquement érotiques ou pornographiques). D’après le pitch que tu donnes et la bande annonce, il se rattache en effet aux “space nazis” (avec de fortes réminiscences de Star Wars) ainsi qu’aux “savants fous”. Renate Richter est clairement une figure érotique, mais est-elle également sadique ? Ou plus exactement, le film comporte-t-il aussi des scènes explicitement sadiques qui rappelleraient les productions de sexploitation ? Il me semble que ce film tout récent intègre plutôt une version “soft” du sadisme, c’est-à-dire des propos et des comportements que l’on peut juger tels, mais qu’il a évacué les scènes trash des films de la fin des années 1970 (ce qui n’est pas le cas des versions modernes du genre “nazi zombies” par exemple, qui ne s’adresse probablement pas au même public). Comme je n’ai pas vu le film, je me trompe peut-être, mais j’aurais presque tendance à dire que le genre “nazi zombie” (Dead Snow, 2009, par exemple) intègre une version plus sadique qu’érotique de l’”héritage érotico-sadique” décrit dans mon article, tandis que Iron Sky intègre une version plus érotique que sadique. Dans les deux cas, c’est bien une quintessence de la figure du méchant qui est représentée, comme une allégorie de nos craintes et du fait que cette idéologie peut hélas toujours renaître.

  16. @Patrick. En effet, le film ne donne pas à voir des scènes explicitement “sadiques”. Le personnage de Renate Richter est ambiguë, il y a clairement une volonté de rendre ce personnage sexuellement explicite mais, en effet, aucunes scènes la montre explicitement sadique. J’ai employé ce terme parce que la tonalité générale du film utilise cet imaginaire sadique : rires sardoniques, désintérêt total pour la douleur ou la peur des autres etc. Donc oui, c’est une version soft du sadisme, les comportements et les propos des personnages sous entendent des actes sadiques mais on ne les voit pas. Mais, une fois encore, ça me surprend de voir combien cet imaginaire est ancré dans la pensée collective. Il suffit pour ça de voir le buzz qu’a fait Iron Sky sur internet, le groupe facebook compte plus de 170 000 membres et le pitch du film a rapidement fait beaucoup parlé de lui. Je suis toujours surpris de voir combien la représentation que l’on se fait d’une période historique peut être décantée, diluée dans l’imaginaire et la pensée commune et comment, à travers elle, on perçoit encore mieux la pensée contemporaine. Les nazis sont vraiment, en soi, un exemple fondamental.

  17. [...] Bien entendu, ces images permettent à l’illustrateur de représenter de jolies femmes peu vêtues sauvées comme le stipule le poncif par un intrépide guerrier. Nous avons déjà rencontré ce stéréotype qui figure abondamment dans les Men’s adventure magazines (voir l’article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation). [...]

  18. [...] Notes On trouvera d’autres illustrations sur cet album Flickr. Pour une introduction aux Weird menace magazines et Men’s adventure magazines, voir mon article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation. [...]

  19. [...] urbaine / 8.2. Une recherche sur les war comics / 8.3. La déploration du super-héros / 8.4. Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation / 8.5. Les stéréotypes visuels dans les war comics / 8.6. Roues imaginaires, roues [...]

  20. [...] 1950 à 1975 [sur les Men’s Adventure Magazines, voir la section correspondante dans mon article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation]. Il semblait en effet curieux que la scène représentée anticipe en quelque sorte les poncifs [...]

  21. [...] Pecatte « Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation », culturevisuelle.org, novembre [...]

  22. [...] Men’s adventure magazines n’ont guère exploité les catastrophes spectaculaires fictionnelles. Dans les rares cas [...]

Adresser une réponse