Des archives pour Sygma (1) : un centre de conservation à Garnay

Par Audrey Leblanc - 14/11/2009 - 20:28 [English] [PDF] 

Les étudiants du Lhivic ont pu, au printemps dernier, rencontrer puis travailler avec Sébastien Dupuy, rédacteur en chef des collections et photographes Sygma Initiative chez Corbis et Vincent Motron, rédacteur et éditeur photographie du fonds Sygma. Après une première séance-conversation au sein de l’atelier “Questions méthodologiques d’histoire visuelles” consacrée à la gestion et la diffusion numériques des archives visuelles – sujet de recherche d’Estelle Blaschke, doctorante au lhivic –, les étudiants du lhivic ont pu se rendre sur le site de conservation des archives argentiques du fonds Sygma, à Garnay (le 8 juin 2009).

Sébastien Dupuy et Vincent Motron viendront à nouveau nous parler de leur travail d’éditeurs à l’atelier et animer une séance pratique d’editing, ce mercredi 25 novembre 2009, 17h-20h au Cehta, Inha-Paris.

Depuis nos premiers échanges, en effet, le travail se poursuit tout particulièrement avec Sébastien Dupuy et Estelle Blaschke, qui restituera sur son blog les enjeux et questions relevant de la numérisation du fonds. Afin de préparer la séance du 25 novembre, plusieurs billets seront consacrés, sur ce blog, aux “archives pour Sygma”, en commençant par un bref historique et le projet mis en place par Corbis.

En janvier 1967, l’agence photographique française Gamma est officiellement créée.
Suite à la scission de Gamma, en mai 1973, Hubert Henrotte remonte une agence : Sygma. Certains photographes quittent l’agence Gamma pour Sygma avec une partie de leur matériel (sans rachat à proprement parlé de ces fonds) et le fondateur de la nouvelle agence rachète le fonds de l’agence Apis ainsi que ses locaux. Le classement des photographies est d’abord très empirique : numérique pour le noir et blanc et thématique pour la couleur. Dans son livre Le Monde dans les yeux. Gamma-Sygma. L’âge d’or du photojournalisme, publié en 2005, Hubert Henrotte raconte son histoire de fondateur et directeur d’agences phototographiques.

Lorsqu’en 1999, Corbis rachète l’agence photographique Sygma, c’est pour inclure ce fonds à l’immense banque numérique d’images que Corbis1 souhaite mettre en place en utilisant les outils du web, le but étant de rendre visibles ces photographies, de les faire vivre dans l’espace public, de les diffuser et surtout de les commercialiser. En décembre 2001, les archives de l’agence Sygma sont fermées : Sygma, en tant qu’agence avec son staff de photographes, n’existe plus, tous les photographes sont licenciés. Le projet de numérisation des archives – ou du fonds – Sygma par Corbis débute en 2002. C’est en 2004 qu’un budget spécifique est alloué pour l’editing mais aussi pour la conservation de ce fonds : The Sygma Preservation and Access Initiative. Entre 2004 et 2009, les éditeurs de Corbis en charge du fonds Sygma l’éditent, le numérisent et veillent, par ailleurs, au « nettoyage » de la première base numérique, que l’agence Sygma avait commencée en 1994-95, afin d’éviter les doublons, d’enlever les images jugées inutiles et de créer le moins de disparité possible dans l’editing. Il a été, par ailleurs, nécessaire de classer ces archives par auteurs afin de faciliter la mise en place de contrat d’exploitation de leurs images avec les photographes. On distingue ainsi deux archives : l’archive argentique, qui correspond aux images dans leur matérialité originale (négatifs, planche contact, diapositives, etc.) et l’archive numérique que constitue d’une certaine manière la base de données numérisée du même fonds. L’archive argentique requiert des conditions de conservations précises aussi bien du point de vue technique (température, humidité, espace etc) que du point de vue de son organisation et de son classement. En 2007, Corbis annonce la construction d’un centre de préservation de l’archive argentique Sygma : conçu avec l’aide d’Henry Wilhelm et construit par la société Locarchives, ce centre d’archives ouvre au printemps 2009 (inauguration le 9 juin 2009).

Corbis Videobis Corbis Video2bis

Copies d’écran de la vidéo mentionnée ci-dessous (à 30′ et à 1mn 53′).

Cette prise en charge du fonds de l’une des trois plus grandes agences française de photoreportage a fait l’objet d’une large communication que ce soit sur la mise en place du projet Sygma initiatives ou sur la conception du centre d’archives spécialement consacré au fonds Sygma, en insistant sur la dimension culturelle d’une telle entreprise. On peut ainsi citer quelques extraits du communiqué annonçant l’inauguration du “centre de préservation et d’accès à Sygma”:

« Le nouveau site situé près de Paris conservera l’extraordinaire collection Sygma pendant des siècles et offrira un accès aux photographes, chercheurs, iconographes, historiens et créatifs du monde entier. PARIS (15 mai 2009) – Corbis (www.corbis.com), fournisseur de ressources visuelles pour la communauté créative […] Aboutissement de plus de cinq ans de travail, le centre de préservation et d’accès Sygma est la garantie que les 50 millions de négatifs, tirages, films inversibles et planches contact de la collection seront soigneusement conservés et facilement accessibles pour les photographes, chercheurs, iconographes, historiens, ainsi que les éditeurs et directeurs artistiques. […]

Sygma est l’une des plus grandes collections de photographies de reportage. Elle constitue un témoignage historique inestimable sur les grands personnages et événements de la France, de l’Europe et du monde. Elle est composée de neuf collections distinctes qui ont pris naissance au cours de la seconde moitié du vingtième siècle. Certaines des photographies des années 50 et 60 proviennent des agences Apis, Universal Photo, Interpress, Spitzer, Reporters Associés et d’autres. Les collections des années 70 et au-delà comprennent les fabuleuses photographies de news, magazines, photojournalisme, célébrités et portraits de l’agence Sygma, ainsi que des images de plateaux de télévision et de cinéma de Kipa, et des événements sportifs de Tempsport. »

A cette énumération de fonds, s’ajoute le petit fonds Gamma des photographes ayant suivi Hubert Henrotte avec leur fonds personnel lors de la scission d’avec Gamma, en 1973.

Plus généralement, cette video de l’inauguration, le 15 mai 2009, du site Garnay permet de percevoir les ambitions qui soutiennent un tel projet

Image de prévisualisation YouTube

Corbis Opens Sygma Preservations and Access Facility in Garnay, France

La vision que donne un heureux élu qui a pu assister à cette inauguration restitue la réception de la rhétorique qui accompagne le projet ; le choix des images qui illustrent son billet le souligne. 5 ans de travail, 50 millions de documents, 800 m2 de surface d’archivages, 7000 mètres linéaires, plus de 10 000 photographes et contributeurs, indique le communiqué. La video diffusée par Corbis permet, par ailleurs, de donner une idée des locaux mis en place pour la conservation du fonds photographique (salles et classements de l’archive argentique). Visite à suivre…

  1. Cf. Estelle Blaschke, Du fonds photographique à la banque d’images. L’exploitation commerciale du visuel via la photographie. Le Fonds Bettmann et Corbis” , Études photographiques, n° 24, novembre 2009, p. 150-181. []

4 Reponses à “ Des archives pour Sygma (1) : un centre de conservation à Garnay ”

  1. [...] précédent billet présentait le projet de Corbis pour la conservation des archives à Garnay de [...]

  2. [...] l’évolution des archives visuelles (Estelle Blaschke, Marie Eve-Bouillon, Fanny Lautissier, Audrey Leblanc). Cette expertise, combinée à l’intervention décisive de Matthias Bruhn (“The Age of [...]

  3. [...] Paradoxe(s) • Le projet de Corbis c’est aussi l’investissement dans Sygma intiatives et le centre de conservation à Garnay, ouvert en juin 2009 (moins d’un an) ; ce qui représente une équipe de travail, l’édition du fonds sur plusieurs années, la conservation du fonds dans de bonnes conditions… et plusieurs millions d’euros/an. Cf. billets sur ces archives et Garnay [...]

  4. [...] important la « découverte » d’un nouveau pan du fonds Gilles Caron dans les archives du projet Sygma Initiatives de Corbis, après son dépôt de bilan en juin [...]